mardi 9 novembre 2010

L'ATOMISATION DES MASSES

Quand ils ont besoin de montrer aux autorités goyim qu’ils pèsent lourd dans la balance électorale, les dirigeants hassidiques se tiennent les coudes jusqu’aux épaules. Dans ce temps-là, les amis, il n’y a plus de Bobov, de Belz, de Satmar, de Vizhnitz, de Skver, de Spinka, de Ger, de Munkacz, de Klausenburg, ni de Puppa. Les Hommes en noir ne forment plus alors qu’un seul et unique noyau dur, indissociable, indestructible.

Nos élus y voient une telle boule d’énergie tellement dense qu’ils se sentent comme des quilles vacillantes au fond d’une longue allée qui rétrécit. Ils sont tellement convaincus que la boule noire va leur passer dessus et faire un abat, qu’ils se jettent d'eux-mêmes dans le dalot. « OK! OK! Fâchez-vous pas. On va faire tout ce que vous demander et plus! Mais pitié, lancez-pas votre boule contre nous. On n’aime pas ça, L’heure des quilles. » Et vous savez quoi? Ça marche à tout coup.

Cliquer sur la photo pour le détail

D’autres fois, quand le sourd grondement de l’opinion publique se fait entendre et que les fumerolles d’impatience commencent à sortir d’entre les craques d’asphalte ou des nids de poules, les dirigeants hassidiques usent de la technique inverse.

Pour rassurer le petit peuple païen, les intégristes purs et durs s’inspirent de la fission nucléaire. D’un seul coup, ils s’atomisent. Pouuuuf! La grosse boule noire menaçante se désagrège en milliers de petites grenailles barbues. Il ne reste plus que d'
insignifiantes nanoparticules Bobov, Belz, Satmar, Vizhnitz, Skver, Spinka, Ger, Munkacz, Klausenburg et Puppa perdues dans les confins de l’univers. Et vous savez quoi? Ça marche aussi bien que l’autre approche.

Les élus reçoivent et transmettent alors l’impression que la menace s’est volatilisée. Mieux! Elle n’a jamais existé. Les Cinq-Mars, Tremblay et Charest de ce monde se décarcassent pour expliquer à leur bon peuple qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter. Du favoritisme? Ben, voyons donc! « C’est pas des passe-droits que vous avez vus, chers très petits électeurs. Vous avez été victimes d’hallucinations laïques. » Alors, nos zélés élus se remettent à distribuer les faveurs religieuses comme des bonbons d’Halloween.

Cliquer sur la photo (non truquée!)

Combien de fois n’avons-nous pas été témoins de cette façon qu’ont les ultrareligieux de se faire tout petits petits quand ça les arrange?

Prenez les Bobov du 5363 Hutchison, par exemple. Ces trois dernières années, dans l’espoir qu’on leur permette d’agrandir leur synagogue dans cette zone strictement résidentielle, ils ont même fait croire aux élus qu’avec 6,3 enfants par femme en âge de procréer, leur communauté est en pleine décroissance démographique et que, par conséquent, après l’agrandissement, il y aura de moins en moins de bruit et d'achalandage. Le plus surprenant c’est que les élus nous resservent à leur tour cet argument stupéfiant dans l’espoir de nous anesthésier. Faut le faire.

Lorsqu’il a été interviewé à la télé pour plaider sa cause, le 9 juillet 2008, Moshe Englander a voulu nous faire avaler qu’il n’y aura pas de club échangiste dans sa nouvelle synagogue. « Même après les rénovations, jure-t-il, une personne qui n’est pas de la secte hassidique Bobov ne viendra pas dans la synagogue ». L’honneur est sauf, et la décence, donc. C’est intéressant d’apprendre que chaque petite sous-secte est imperméable aux autres sous-sectes hassidiques. Mais plutôt que d’en débattre, rejetez donc un petit coup d’œil aux photos de cette chronique. Vous verrez qu'il y a une promiscuité patente entre les sous-sectes.

Cliquer sur la photo


Je parlais d’Halloween un peu plus haut. Vous auriez dû voir la face de Carême de Marie Cinq-Mars à l’assemblée du conseil d’Outremont du 1er novembre. C’était pas beau à voir. Et ce n’était pas parce qu’on entamait le mois des morts...

La veille, le 31 octobre, une famille du clan Satmar de la rue Querbes qui s’était saignée pour offrir une nouvelle Torah à la synagogue Satmar du 5555, rue Hutchison avait prévu faire une fête digne de sa dépense.

Plus de 500 personnes étaient attendues. Les rues seraient fermées à la circulation, on allait danser sur un rythme klezmer endiablé. Même avec les poussettes doubles.
Pour l’occasion, on a mobilisé la lieutenant de police du poste 24 et sa suite, sans compter l'escouade de la Sécurité publique.

Mais, bien sûr, pour pouvoir s’approprier le domaine public pour un party privé, ça prenait un permis. La mairesse, très à cheval sur les principes et les règlements, parlait d’une ordonnance en bonne et due forme.
Tout avait été négocié jusque dans le menu détail.

On avait prévu une foule de 500 à 800 personnes. Le trajet avait été fixé. Tout ce beau monde pourrait chanter et se déhancher à souhait, MAIS... les systèmes d’amplification sont formellement INTERDITS.

Cliquer ICI pour voir le photoroman du fameux party

Deux fois plutôt qu’une, la greffière, Louis Moffatt, le directeur Beaudet, le chef de la Sécurité publique Ramirez et Cinq-Mars s’étaient assurés auprès des organisateurs hassidiques que l’ordonnance était bel et bien comprise. « No problem », qu’ont répondu les organisateurs à rouflaquettes en paraphant l'ordonnance à la vitesse grand V. Z’étaient pressés que la fête commence.



Cliquer sur la vidéo ci-haut pour être témoin du bonheur
que procure le non respect des ordonnances le la mairesse Cinq-Mars.


Et ça a fêté en grand! Let’s go, toi. La remorque 4WD était là pour tirer les quatre gros amplificateurs formellement interdits. C’était beau de voir Mayer Feig, le Bobov faire le trafic et swinguer au milieu de la rue avec Max Lieberman, le Satmar. Quoooi? Un Bobov en transe acoquiné avec un Satmar? C’est-tu ça l’inceste? En tout cas, on voyait que ça leur crevait le cœur de piétiner l’ordonnance de la belle Marie.

Lundi soir, à l’assemblée du conseil, le bon Mayer Feig était là dans la salle avec ses grands yeux de blanchon. Et il faisait des p'tits
« bôbails » à Marie. Un beau couple, je vous le jure.

1 commentaire:

Jean-Marc Corbeil a dit…

Le pire dans tout ça, c'est que c'est toujours la même "cassette" qui joue! Celle des "politicailleux" qui se cachent derrière leur air bête pour mépriser leurs commettants, et... celle des "toraïlleux" qui joue et rejoue ad nauseam à chaque manifestation amplifiée.