jeudi 29 mars 2012

LA DÉMOCRATIE « I OWE YOU »

«Il faut être très très très prudent quand on reprend des propos à valeur politique». Marie Cinq-Mars n’aurait pas pu mieux dire dans l'entrevue qu'elle vient d'accorder à L'Express d’Outremont. Pour une fois, elle sait de quoi elle parle.

Après une douzaine d’années en politique active, dont dix sous la bannière d’Union Montréal, des propos à valeur et à saveur politique, notre bonne mairesse en a tenu à la tonne. La partisanerie, le clientélisme, le favoritisme, le déni et le mensonge n’ont plus de secret pour elle. Nous devrions la remercier de mettre les citoyens en garde… contre sa propre personne.

Cinq-Mars ne pourra pas accuser l’animateur Jean-Luc Mongrain de convoiter son poste aux prochaines élections municipales. Il n’est donc pas un de ces méchants opposants politiques auquel elle réfère avec dédain et mépris.

Or, le 14 mars dernier, avez-vous entendu ce qu’a dit l’animateur vedette à son émission qui traitait de la difficile cohabitation entre les citoyens d’Outremont et les hassidim?
«Quand tu commences ton élection et ta campagne avec une garantie de 2500 votes [hassidiques] dans les urnes, tu as des IOU, c'est-à-dire que tu dois retourner l’ascenseur. » (Ça vaut le coût de visionner le clip d’un peu plus d’une minute)

Dans cette même entrevue au journal local, si elle ne manque pas d’air, Cinq-Mars ne brasse pourtant que du vent. Elle invite ses opposants à «profiter du système démocratique pour se présenter devant les citoyens lors d'élections.» N’est-ce pas exactement ce qu’a fait Céline Forget? Cette dernière s’est fait élire on ne peut plus démocratiquement. Cela a-t-il empêché la mairesse de tenir des propos «malveillants» à l’égard de la conseillère indépendante, de la conspuer et de prétendre qu’elle est menteuse? Quant aux Lacerte, Joncas, Chelin et Girouard qu’elle pointe du doigt, n’ont-ils pas justement fondé un parti politique?

Faudrait qu’elle sache ce qu’elle veut! Elle ne peut pas à la fois déblatérer sur les citoyens parce qu’ils ne sont pas élus et vilipender ceux qui se font élire parce qu’ils ne sont pas demeurés de simples citoyens. Et puis, en passant, qu’elle nous montre donc le règlement qui spécifie qu’il faut être élu pour avoir le droit de s’exprimer, de revendiquer ses droits et de dénoncer le laxisme d’une première dame d’arrondissement qui fait l’autruche? On ne paye peut-être pas suffisamment de taxes pour exiger d’être équitablement servis?

Non seulement Cinq-Mars se met-elle la tête dans le sable jusqu’au coccyx, mais elle est d’une mauvaise foi grossièrement opportuniste. Pour faire diversion, elle n’hésite pas à faire ricocher sur ses fonctionnaires les critiques qui lui sont adressées à elle.

Ce n’est pas l’intégrité des fonctionnaires que les citoyens mettent en doute, mais les ordres et les directives qu’ils reçoivent «d'En-Haut». Dans l’entrevue qu’elle a accordée à Michel Desautels, elle a dit très distinctement «Nous avons autorité sur la Sécurité publique» Ça peut-tu être plus clair que ça? Les agents de la Sécurité publique font bien ce qu’elle leur demande de faire. Si la «boss d’Outremont» leur demande de fermer l’œil sur des accrocs aux règlements, les pauvres n’auront d’autre choix que d’obtempérer. On ne peut quand même pas les blâmer d'obéir à leur boss!

Marie Cinq-Mars ne se contente pas de prôner le laxisme. À des fins purement électoralistes, elle est prête à déboulonner des règlements de l’arrondissement. Même ceux qu’elle a elle-même contribué à adopter.

Un exemple? Le 17 juillet 2000, Marie Cinq-Mars, alors conseillère sous l’administration Unterberg, avait voté l’abolition de l’article 18.11 du règlement de stationnement. Grâce à cette abolition, finis les passe-droits de stationnement pour les fêtes religieuses. Or, le 4 octobre 2010, qu’a fait la mairesse? Elle a déposé un avis de motion pour rétablir les privilèges de stationnement. Les Lexus et Jaguar des lobbyistes hassidiques pourraient ainsi recouvrer l’impunité perdue.

Remarquez qu’Alex Werzberger, le président de la Coalition d'organisations hassidiques d'Outremont, n’avait pas attendu cet avis de motion pour permettre à ses ouailles de stationner là où les autres n’ont pas le droit. Le 25 janvier 2007, Werzberger n’avait eu aucune gêne à affirmer à L’Express d’Outremont qu’il s’agît d’un «deal réglé depuis cinq ou six ans».

Pour vous, un «deal» révélé en 2007 est de l’histoire ancienne? OK. En décembre 2009, il y a eu le reportage de Radio-Canada nous apprenant qu’une directive avait été donnée par l’hôtel de ville de ne pas déneiger les rues de tout un secteur d’Outremont pendant le Sabbat. Ça aussi c’est trop vieux? Pas de problème. Un pacte secret frais d’à peine trois semaines vous convient-il davantage?

Alors que la mairesse jure faire «appliquer sévèrement la réglementation à tous les citoyens, de façon équitable» et que son conseiller Louis Moffatt affirme que les élus ne font pas de passe-droits aux hassidim, ce même Alex Werzberger a avoué à la journaliste Émilie Dubreuil que les hassidim avaient «une entente tacite avec les autorités» pour faire circuler leurs autobus illégaux dans les rues résidentielles de l’arrondissement.

Qui ment ici? Les citoyens? De deux choses l’une. Ou bien Marie Cinq-Mars nous remplie comme des cocos de Pâques ou alors c’est le lobbyiste Werzberger - que Cinq-Mars et Moffatt vénèrent comme une icône - qui nous trompe. Dans tous les cas, la mairesse mérite les accusations de complaisance et de laxisme. Quant aux aveux du pope ultraorthodoxe, Marie Cinq-Mars n’aura pas le choix. Si elle maintient qu’elle n’accorde pas de faveurs aux hassidim, elle devra changer de cible, se retourner vers M. Werzberger et conclure que ses propos sont des allégations fausses et extrêmement graves. Il ne lui restera plus qu’à destituer le lobbyiste qui siège au Comité consultatif d’urbanisme.

Je convie tous les citoyens et citoyennes d’Outremont qui se scandalisent de la petite politique mesquine de la mairesse et du traitement dégradant qui a été réservé à la conseillère Céline Forget lors de la fête du Pourim, de venir protester vivement à la séance du conseil d’arrondissement qui se tiendra lundi prochain, 2 avril, à 19 h, au 530 avenue Davaar (derrière l’hôtel de ville, au coin du chemin de la Côte Ste-Catherine). Si vous souhaitez poser une question à la mairesse,
il faut vous inscrire à partir de 18h30.

Pour finir sur une bonne rigolade, lisez ce que le conseiller Louis Moffatt a trouvé à dire à propos de l'agression contre la conseillère Forget:

«Moi aussi, il m’arrive d’être attaqué, invectivé par certains opposants. C’est inacceptable.»

Ah! bon. Louis, l'armoire à glace du conseil, a été attaqué? Aurait-il marché sur un nid de fourmis noires?

jeudi 22 mars 2012

LE POURIM... EN SUPPLÉMENTAIRE!


Après l’agression qu’a subie Céline Forget aux mains d’une quarantaine d’hommes hassidiques enragés, les dirigeants et porte-parole ultraorthodoxes ont tout fait pour renverser la vapeur et rejeter le blâme sur la conseillère municipale d’Outremont.

Pour la diaboliser, Mayer Feig, un des principaux administrateurs du Jewish Orthodox Community Council, ne s’est pas gêné pour justifier la rage de ses coreligionnaires.

Sur Facebook, celui qui n’a toujours pas digéré s’être vu refuser l’agrandissement de sa synagogue du 5363 Hutchison, l’accuse d’avoir « a habit to show up at every Jewish community event to Harass the community with camera in hand. » Pas de saint danger qu’il admette qu’elle photographiait les autobus illégaux qui ont sillonné et bloqué les rues résidentielles pendant deux jours et deux nuits en empestant le fond de tonne.

Notre homme aspire tellement à vivre comme à l’époque des sorcières de Salem qu’il se fait un malin plaisir de dépeindre la conseillère comme une véritable ogresse. Croyez-le ou non, Mayer Feig est allé jusqu’à prétendre que « [Céline Forget] also follows small school kids from the comunity with a camera and snaps pictures ». Un peu plus il crierait sur les toits qu’elle les attrape, les met dans son congélateur et les bouffe à Pâques.

Plus surprenant encore, Leila Marshy, une résidente de la rue Hutchison qui est pourtant une farouche militante féministe, n’a pas été émue une seconde du sort que ses amis intégristes ont réservé à la conseillère municipale. Au contraire. La gestionnaire de Friends of Hutchison Street, la page Facebook qu’elle a créée pour soutenir et défendre les revendications hassidiques, porte un jugement sans appel sur la conseillère municipale. « She was being offensive and the people she offended responded badly.»

Continuant sa charge, la rédactrice du magazine The Rover soutient que «Mme Forget et ses amis utilisent chaque occasion qui leur est donnée pour porter atteinte aux activités hassidiques avec un seul objectif. Pas pour comprendre, pas mus par la curiosité, pas pour partager la joie, mais uniquement pour noter les infractions [qu’ils commettent] *»

En ce qui a trait aux autobus illégaux qui circulent allègrement dans les rues résidentielles, Leila s’en fout royalement. « I personally don't really care. It was a holiday. I have a lot of tolerance for other people's holidays and how they gather together to celebrate. »

Sur ce point, je serais très certainement en accord avec elle… si nos voisins les intégristes ne se permettaient ce genre de débordement que quelques jours par an. Or il est bien là le problème. Pour eux, c’est la fête 365 jours par année.

Pas besoin de fouiller les archives pour s’en rendre compte. Tenez! Pas plus tard qu’hier soir, sur la rue Saint-Viateur, deux immenses autobus intercités chargeaient en toute illégalité pas moins de 80 mâles hassidiques qui faisaient le pied de grue sur le trottoir (et au milieu de la rue!). Dans le tas, sous le panneau de signalisation interdisant l’accès aux autobus, (voir photo ci-contre) il y avait même mon voisin. « Bonjour Tzvi, vous partez en pèlerinage à la maison mère de New York? C'est chouette!»

Comble d’ironie, tout ce beau monde s'était regroupé à l’endroit même où la conseillère municipale s’est fait agresser lors de la Journée internationale de la femme.

Dites-moi, Leila et Mayer, le Pourim s’est tellement bien vendu que vous avez décidé d’offrir une supplémentaire hier soir ? Ça marche, vos affaires. Ça roule, même!


Une grappe de voyageurs hassidiques pressée de prendre place à bort de l'un des deux mastodontes illégaux, hier soir.





* Mme Forget and her friends take every opportunity to infringe on the Hasidim activities with one goal only. NOT to understand, NOT out of curiosity, NOT out of shared joy, but ONLY to take note of infractions.

vendredi 16 mars 2012

LA MARIE-O-NETTE

Après un silence radio interminable, Marie Cinq-Mars a fini par sortir de son mutisme. Avait-elle le choix? Alors que la commotion s’est produite dans sa propre cour, le congrès juif a été plus vite qu’elle à décrier « ce comportement de meute inexcusable ». Même Richard Martineau et Jean-Luc Mongrain ont pu m’interviewer avant que la mairesse n’ouvre le bec publiquement.





Écoutez les entrevues télévisées que j’ai accordées à
Mongrain et à Martineau, le 14 mars 2012.




Interviewée par Michel Desautels sur les ondes de Radio-Canada, la mairesse a bien été forcée d’avouer que les vidéos des actes d’agression d’une quarantaine d’hommes de la communauté hassidique contre la conseillère Céline Forget étaient «une très triste scène d’intimidation et un spectacle désolant ». Mais à peine a-t-elle prononcé les mots d’indignation d’usage, le sous-fifre de Gérald Tremblay saute à son tour à pieds joints sur la victime de l’agression. Prenant bien soin de rappeler que Madame Forget n’est pas de son parti, Cinq-Mars l’accuse d’aller «photographier les gens de la communauté hassidique qui se sentent épiés.»

D'une part, rappelons que Mme Forget ne photographiait pas les gens, mais bien les autobus en contravention.

D'autre part, les propos de la mairesse me font penser à ceux de certains hommes qui, accusés d’avoir agressé une femme, se justifient en disant que la fille avait juste à ne pas se promener en mini-jupe. Tous les intégristes savent ça. La testostérone, ça ne se contrôle pas. Ben bon pour la petite agace!


Ces temps-ci, Outremont souligne la tenue du 7e festival international Les Trois jours de Casteliers.

Marie Cinq-Mars accuse encore et toujours certains citoyens de jeter de l’huile sur le feu. Mais, sait-elle seulement que de l’huile ça ne s’enflamme pas au soleil? Il faut d’abord qu’il y ait un incendie. Les Forget, les Lacerte et les dizaines d’autres citoyens qui se présentent aux assemblées du conseil d’arrondissement ne sont pas les pyromanes que décrit la mairesse. Nous avons toujours tiré la sonnette d’alarme dans l’espoir que les pompiers arrivent avant que le brasier ne prenne des proportions incontrôlables.

Ça fait des années que nous crions Au feu! Il y a plus de dix ans que Cinq-Mars siège au conseil d’Outremont. Qu’a-t-elle fait durant toutes ces années? Elle est restée assise dessus (son siège!). Tour à tour, elle nous a dénigrés, accusés de partisanerie politique, qualifiés de menteurs, de fauteurs de trouble, sans parler des insinuations qu’elle utilise pour paraphraser les qualificatifs haineux et inacceptables que les agresseurs de Madame Forget n’ont pas hésité à lui cracher au visage et à placer sur YouTube.

Comme ça, la mairesse veille à « appliquer sévèrement la réglementation à tous les citoyens, de façon équitable » et son conseiller Louis Moffatt (écouter l'entrevue donnée à Dutrizac) est prêt à jurer sur la tête de ses enfants que les élus ne font pas de passe-droits aux hassidiques.

Pourtant, Alex Werzberger, le lobbyiste hassidique a avoué à la journaliste Émilie Dubreuil qu’ils [les hassidim] avaient «une entente tacite avec les autorités pour cette fête ».

Pour montrer qui dirige à Outremont, Werzberger a indiqué qu’il ne garantit pas que ce soit la dernière fois qu’un tel spectacle dégradant se produise : « Si elle vient chez nous et nous provoque… ». Cliquer ICI pour lire l'article. Méchant acte de contrition de la part du pieux homme.

Quand je pense qu'il raconte que c'est Mme Forget qui aurait intimidé ces 40 hommes. C’est fort en ketchup! Pour être encore un peu plus baveux, Werzberger ajoute que
«Certains Canadiens-Français ne peuvent accepter que nous achetions toutes les maisons»
Cliquer sur la photo ci-haut pour zoomer


À Crown Heights (New York), voici l'avertissement que le rabbin Joseph Spielman fait au femmes (goys) qui osent ne pas s'habiller modestement. Les femmes de Mile End/Outremont seront-elles les prochaines à se faire dicter la morale?.


Avez-vous écouté l'impayable Alex, à l’émission de Jean-Luc Mongrain? Alex Werzberger ment comme il prie. Ce n'est pas peu dire. (cliquer ICI pour entendre l'interview)

Des synagogues illégales sur le territoire d’Outremont? Ben voyons donc. « Il peut y avoir une synagogue sans permis, admet-il, mais c’est pas illégal. » Le fanatique-en-chef soutient même que c’est avec la bénédiction des autorités municipales que le duplex du 1030-1032 Saint-Viateur avait été transformé en synagogue voilà plus de 20 ans. Alors, je lui demande une chose à ce bon vieux renard. S’il dit vrai, comment peut-il expliquer qu’après des années de dénonciation de notre part, Cinq-Mars et la Ville centre ont fini par traîner en Cour les propriétaires de cette synagogue afin de la faire fermer?

La mairesse Cinq-Mars peut bien nous traiter de tous les noms lorsque nous soulevons les problèmes vécus avec les dirigeants intégristes. Elle mourrait bien d’une syncope si elle entendait ce que Ghila Sroka dit des sectes hassidiques qui font la pluie et le mauvais temps en Israël et ailleurs.


Juive de gauche qui a grandi dans un kibboutz israélien, Mme Sroka vit au Québec depuis 1981. Cette femme que le magazine Châtelaine a classé en 2008 parmi les vingt femmes «décoiffantes » de la planète fête en ce moment les 30 ans du magazine Tribune Juive qu’elle a fondé. Décoiffante ou déboudinante?

Le 17 février dernier, Mme Sroka était interviewée par Catherine Perrin, dans le cadre de son émission Médium Large.

La mâchoire m’a quasiment décroché lorsque j’ai entendu Sroka mitrailler en ondes les intégristes hassidiques d’Israël : « Non seulement ces gens ne travaillent pas… ils font 16 -18 enfants parce que leurs femmes sont de véritables vaches à lait. Moi je dis qu’il faudrait tous les mettre dans un avion et les envoyer en Iran. »

Wouppelaie! Une chance que ce n'est pas moi qui ai pensé à une telle chose. Je ne donnerais pas cher de ma peau!

mardi 13 mars 2012

LA BOMBE INTÉGRISTE

Le 8 mars, journée internationale de la Femme, est célébré depuis plus de 100 ans dans le monde. À Outremont, deux femmes l'ont vécu de façon très spéciale. Et elles ne sont pas près de l'oublier.

Céline Forget (voir son blogue), la conseillère municipale indépendante du district Joseph-Beaubien ainsi qu’une autre citoyenne du quartier se sont fait apostropher brutalement en plein après-midi par de nombreux hommes de la communauté hassidique alors qu'elles déambulaient sur le trottoir de la rue Saint-Viateur.


Avec à leur tête nul autre que le lobbyiste Mayer Feig, cette meute d'intégristes religieux a pris à partie ces deux citoyennes, leur criant des insanités, les menaçant et les intimidant physiquement en les filmant à bout portant.

Ci-haut, Mayer Feig repoussé par un agent de sécurité

Rappelons que lors de la dernière séance du conseil de l’arrondissement d’Outremont, ce même « dignitaire » hassidique avait fait une sortie publique contre Mme Forget qui, voilà presque 15 ans, avait fait fermer une synagogue illégale au coin des rues Lajoie et Durocher. Qu'une femme leur tienne tête, ça, les ultraorthodoxes ne l’ont jamais digéré.

Sur les vidéos que ces intégristes ont eux-mêmes pris et mis en ligne sur Internet, on les entend crier « Nazi, Forget sale, Hund (chien, en allemand), Get out of here, Hitler, etc.). L'un des hommes portant une grande redingote couleur cuivre a même craché en direction de Madame Forget, ce qui, dans l’univers hassidique, s'avère l'insulte suprême.
(pour visionner les vidéos retirés de YouTube, voir les hyperliens au bas de la chronique)

Visionnez le reportage de TVA en cliquant ICI.

Voilà un vibrant témoignage du respect fait aux femmes lorsqu’elles n’obéissent pas au doigt et à l’œil aux volontés des sectaires de tout poil. Pas de danger qu’ils se seraient risqués à me faire goûter à une telle médecine. C’est plus facile de faire peur aux femmes « impures ».

Tous ces fous d’Abraham devaient d’autant plus rager que les deux citoyennes sont demeurées d’un flegme à faire rougir d’envie le plus british des gentlemen (voir, ci-contre, l'agression contre la dame qui accompagnait Mme Forget). Aucun geste provocateur et bouches cousues. Elles étaient presqu’aussi immobiles que les statues de sel de Sodome et Gomorrhe !

C’est ça qu’on souhaite à Montréal? Que chaque groupe de religieux fanatiques soit en mesure de faire sa loi dans son ghetto? Qu’il bafoue les règlements adoptés démocratiquement? Qu’il ait son propre service d’ordre? Ses propres services d’urgence? Sa propre milice prête à intervenir sur un simple coup de fil?

Avez-vous déjà vu les hassidim «pacter » une salle du conseil avec 100 personnes en moins de 15 minutes pour intimider et faire pression sur les citoyens ou leurs élus?

Voir la photo ci-contre, prise il y a exactement un an,
où le leader Michael Rosenberg était entouré de ses fantassins, puis cliquer ICI.

Il ne manquait plus qu'une chose. Que ceux et celles qui ne sont pas à quatre pattes devant ces théocrates finis se sentent étrangers et indésirables à l’intérieur du périmètre de l’érouv. On y est presque, semble-t-il. Boro Park (Brooklyn), Kiryas Joel (30 minutes de New York où des élus et des fonctionnaires d’Outremont toujours en poste ont été invités en grande partie sur le bras de Michael Rosenberg), Mea Charim (Jérusalem), Bnei Brak (Israël), Outremont… même combat, même destin divin?

La zone hassidique du Plateau et d’Outremont s’aligne-t-elle sur le ghetto ultraorthodoxe de Boisbriand? En vous baladant dans les Laurentides, avez-vous déjà essayé d’y aller faire un tour en bagnole sans être suivi, voire intercepté et interrogé par des rangers à boudins si vous ne portez pas casque de poil et rouflaquettes?

Je ne peux pas croire que c’est encore nous qui devons nous battre la coulpe, faire les underdog et ramper, de peur de passer pour des intolérants et des racistes? Avec une mentalité comme celle-là, nos gouvernements, qui traficotent à qui mieux mieux avec tout ce qui grouille d'intégristes dans notre cour, nous préparent un sacré bel avenir !

Quand je pense que M. Werzberger a le culot de demander démission de la conseillère Forget alors que ce sont ses ouailles qui ont eu un comportement inadmissible. On croit rêver. C'est d'autant plus ironique que plus de 200 citoyens d'Outremont viennent de réclamer la destitution de ce même dirigeant hassidique qui siège au Comité consultatif d'urbanisme d'Outremont.

D'ailleurs, tous les Outremontais qui souhaiteraient prendre connaissance de cette pétition et la signer n'ont qu'à
cliquer ICI .



Voici maintenant les vidéos qui font tant de bruit:


Vidéo 1: Le cracheur et les insultes des hassidim de tous âges (cliquer ICI)

Vidéo 2: L'intervention du lobbyiste hassidique Mayer Feig (cliquer ICI)

Vidéo 3: L'hystérie collective lorsque les policiers mettent la conseillère municipale en sécurité dans une voiture de patrouille (cliquer ICI)

Vidéo 4: Madame Forget interpellée par les automobilistes et la foule (cliquer ICI)

Vidéo 5: Beugler pour effrayer (cliquer ICI)

dimanche 11 mars 2012

DES AUTOBUS... AUX BROSSES À DENTS



AVERTISSEMENT: Cette chronique comporte des scènes explicites
qui ne conviennent pas aux bondieusards.
La supervision d'un chef spirituel est recommandée.
Nous préférons vous en avertir.




« Ce n’est pas un procès ici, Madame Forget… À moins que je sois Alzheimer, j’ai pas eu de rencontre à date [sic] pour parler de la Pourim [avec le commandant du poste 24]. Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise? Voulez-vous savoir à quelle heure je me lève et à quelle heure je me brosse les dents? »


Voilà le ton qu’a réservé Marie Cinq-Mars à la conseillère indépendante Céline Forget et aux citoyens présents dans la salle du conseil d’arrondissement, le 5 mars dernier (cliquer ICI pour entendre les 18 secondes de la transcendante prestation de notre brillante Première dame!). On aura au moins appris qu’elle ne met pas son dentier
dans un verre d’eau, sur le bord de son lit!

À deux jours de la fête du Pourim (du 7 au 9 mars 2012), Mme Forget voulait pourtant simplement s’assurer que la mairesse allait faire appliquer le règlement 1171 qui interdit la présence d’autobus sur les rues d’Outremont.

Marie Cinq-Mars pouvait bien s’étouffer de rage avec son Oral-B! Ses bottines ne suivent pas ses babines.

En 2010, pour épater la galerie, elle avait explicitement refusé aux hassidim le droit de rouler avec leurs autobus illégaux. Ça ne l’avait pas empêchée de se laisser passer sur le corps par les autobus à doubles essieux que les dirigeants hassidiques réclamaient à grands cris. Ils s’en étaient donné à cœur joie.

L’an dernier, bien que sa tentative de faire modifier le règlement 1171 pour ses petits amis ait avorté, Cinq-Mars avait fermé les yeux fort, fort, fort. Si bien que les intégristes religieux avaient pu organiser ce grand Carnaval du diesel comme si la modification qu’ils réclamaient ne leur avait pas été refusée.


Lors de l’assemblée du 5 mars (sans jeu de mots!), même si la marionnette des hassidim a mollement dit qu’elle « demande que tous les règlements de l’arrondissement soient appliqués… Pas plus un que l’autre
[??!]», personne ne se faisait la moindre illusion. Heureusement d’ailleurs, car pendant deux jours, nous avons vu les autobus illégaux tourner dans nos rues comme un carrousel de cirque. Et jusqu’au petit matin, s’il vous plaît.

Alors que certains propriétaires de voitures non hassidiques se sont fait remettre des contraventions pour avoir stationné le nez un peu de travers en raison des bancs de neige non ramassés sur la rue Hutchison, les autobus illégaux immobilisés en double deux jours durant n’ont pas subi les foudres des petits bonhommes verts.

Cliquer sur la photo pour d'autres clichés


Ci haut, le party bat son plein à la Congrégation Toldos Yakov Yosef (coin Lajoie et Durocher), condamnée pour contrebande d'alcool. Voir le reportage


Les concerts de klaxons de conducteurs exaspérés par les embouteillages n’auront pas non plus attiré l’attention des autorités policières.

Même les conducteurs qui
sentaient le fond de tonne n’ont pas été ennuyés. Après tout, notre très accommodante mairesse avait bien averti qu’il s’agissait « d’encadrer » les fêtards, non pas de les coffrer ou de suspendre leurs permis pour conduite avec facultés affaiblies.

Cliquer ICI pour voir la vidéo israélienne intitulée «Je ne suis pas une pute; c'est Pourim»


Question de se mettre dans l'ambiance, les membres de la secte Satmar (coin Hutchison et Saint-Viateur) avaient fait une répétition générale dans la soirée du 3 mars. À 20 h 20, sans même avoir demandé l’autorisation aux autorités municipales et policières, une meute d'adultes et d’étudiants talmudiques du 5563-5565 a festoyé aux quatre vents et à grand renfort d’amplificateurs. L'histoire ne dit pas s'ils s'étaient réchauffés à même la réserve de spiritueux de contrebande qui s'est déjà faite dans la synagogue.

Se foutant éperdument des automobilistes et de l’opération de déneigement qui battait son plein à cet endroit, ils ont tout bonnement bloqué la rue Hutchison.

Cliquer sur la photo pour d'autres prises de vue

Il fallait voir M. Aaron Katz, le directeur du « Satmer Institutions Of Rabbini Yoel » prendre ses jambes à son cou et filer à l’anglaise lorsqu’il a vu l’une de ces voitures de police s’approcher d’un peu trop près de la très très longue limousine blanche depuis laquelle il semblait diriger les opérations. Il aura fallu quatre voitures de patrouille des postes 24 et 37 et près d’une heure pour que tout rentre dans l’ordre.


Aaron Katz, ça ne vous dit rien? Et le dortoir illégal du 5446 Hutchison? Eh! bien… imaginez-vous donc qu’Aaron Katz est le fameux homme de paille qui avait signé le bail de l’appartement qu’il destinait à une vingtaine d’étudiants pensionnaires expulsés du dortoir illégal du 5569-5571 Hutchison par la Cour supérieure. Pour réussir son coup, M. Katz avait prétendu faussement qu'il voulait l'appartement… pour lui et son fils! Avouez qu’ils n’ont pas froid aux yeux nos amis les intégristes. Au fond, c'est comme ça qu'on les aime, non?

mercredi 7 mars 2012

LES REPRÉSAILLES DE MARIE CINQ-MARS

Comment diable vous décrire l'ambiance qui régnait lors de la séance du conseil d'arrondissement de lundi dernier (5 mars)? Tout simplement en vous rapportant trois courts échanges entre la mairesse et trois citoyens qui se sont présentés au micro lors de la période de questions.

Résidant à Montréal depuis de nombreuses années, M. Mayer Feig a été l'un des premiers à intervenir. Administrateur du Jewish Orthodox Community Council, le lobbyiste hassidique bilingue (yiddish et anglais) s'est fait plaisir. Dans la langue de Shakespeare, il s'est lancé dans une charge bien sentie. Écoutez-le:


«Chaque mois, dans cette salle, il y a un petit groupe de gens qui s’en prend à notre communauté. Ces gens soulèvent un problème d’ordre privé parfois calomnieux, mensonger, voire fabriqué de toutes pièces et le retourne contre notre communauté. À la tête de ce groupe, on retrouve un blogueur notoire et notre conseillère indépendante.» *

Lorsque le blogueur et la conseillère municipale ont fait remarquer à l’intègre mairesse que M. Feig venait de les accuser de calomnie, de mensonges et de fabrication de faux, Marie Cinq-Mars a soutenu qu’elle n’avait rien entendu de tel. La mairesse a plutôt invité M. Feig à poursuivre son intervention. Morale de cette histoire, pour Marie Cinq-Mars, il y a des allégations vertueuses et d’autres qui sont immorales.

Quant au porte-parole hassidique, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a l’indignation vachement élastique. Pour vous en convaincre, il vous faut absolument cliquer ici pour voir la cause vertueuse que Mayer Feig défendait encore les 22 et 23 novembre 2011. Un véritable contorsionniste à gogo.


Comparez maintenant le comportement mielleux qu’a eu notre bonne mairesse à l’égard de l’ultrareligieux avec l’attitude qu’elle a manifesté face à un autre intervenant qui a senti le besoin de lui dire une de ses quatre vérités.

« Madame Cinq-Mars, lui a-t-il rappelé, quand vous avez voulu être élue mairesse, vous êtes venue [chez moi] et vous avez déclaré publiquement : « Moi, je vais les écouter les citoyens. » Les citoyens vous ont parlé, Madame Cinq-Mars. Quand allez-vous cesser de trahir la confiance que vous avez vous-même sollicitée? »

Piquée à vif, Cinq-Mars a apostrophé le citoyen d’âge vénérable :

« Je vous demanderais de retirer vos propos… Allez vous asseoir. Je n’accepte pas des questions avec [sic] des allégations. Je n’ai jamais trahi les citoyens. »

Oups! Demeurée sourde aux accusations de calomnie et de mensonge lancées aux autres, la première dame semble porter un appareil auditif dont le volume lui pète les tympans lorsque les épithètes lui sont destinées. L'orgueil et l'amour propre seraient-ils un remède miracle pour les durs de la feuille?

La troisième intervention que je vous soumets est celle que j’ai moi-même faite au micro.

D’entrée de jeu, j’ai présenté aux membres du conseil la pétition contenant plus de 200 signatures de citoyens demandant la destitution d’un membre du comité consultatif d’urbanisme d’Outremont.

Mais avant même que j’aie le temps de lui demander comment elle comptait répondre à la requête d’un si grand nombre de citoyens, Marie Cinq-Mars m’a délibérément interrompu. Pour tenter de me discréditer, Cinq-Mars a cru bon s’adresser au public assis dans la salle dans ces termes : « Monsieur Lacerte demande la destitution de notre seul citoyen juif hassidique siégeant sur [sic] un comité. »

À mots à peine couverts, Marie Cinq-Mars qualifie donc la pétition de geste raciste et antisémite. Si ce n’est pas une allégation vicieuse de la part d’une élue, dites-moi ce que c’est. Après tout, le « Monsieur Lacerte » qu’elle pointe explicitement du doigt compte pour moins de ½ de 1 % des citoyens qui demandent l’exclusion de M. Werzberger. Ce n’est pas tant pour moi que pour les quelque 200 Outremontais signataires que l’insinuation est particulièrement malveillante et outrageante. Avouez que ça a dû être doublement insultant pour le membre de la famille de Marie Cinq-Mars qui a bel et bien signé cette pétition!

Tout indique que Cinq-Mars et son conseiller Moffatt ont délibérément orchestré cette attaque en règle contre les citoyens venus manifester leur mécontentement à l’égard des agissements du conseil d’arrondissement.

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, l’intervention de M. Feig a été tout sauf fortuite. Nous savons aujourd’hui que Louis Moffatt et Marie Cinq-Mars étaient au courant des intentions du porte-parole hassidique qui s’est présenté au micro.

Nous en avons pour preuve que plusieurs heures avant la tenue de la séance du conseil, M. Moffatt a contacté une citoyenne d’Outremont qui allait justement être mise en cause par M. Feig au cours de la soirée. Selon cette citoyenne, c’était la première fois que M. Moffatt se donnait la peine de l’inviter à venir faire un tour à cette soirée du conseil. Que faut-il de plus pour conclure que la mairesse et son valet Moffatt avaient planifié cette séance de dénigrement de leurs opposants? Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que la mairesse racontait dans l'édition du 8 mars de L'Express d'Outremont que
«En politique, le but premier est de foncer et de ne pas se laisser distraire par ses opposants, qui nous éloignent de nos objectifs.» On aurait envie d'ajouter qu'elle parle probablement de ses objectifs... électoralistes!

Qu’à cela ne tienne. La colère manifestée quelques jours plus tôt par les citoyens à propos du projet de règlement que Cinq-Mars cherchait à faire passer en douce aura réussi à le faire sauter de l’ordre du jour. De toute évidence, la mairesse ne l’a pas encore digéré.



* «Sometime in this room, or many times, there is a small group of people that come here on a monthly agenda to attack our community. They take a personal issue sometime based on slander, or lies or fabricated and turn it against the community. It is a group led by a notorious blogger and our independent city councillor.»



Si vous souhaitez vous abonner à ce blogue, je vous invite à le faire dès maintenant. Il n'y a rien de plus facile. Inscrivez votre adresse courriel dans la case se trouvant dans le coin supérieur droit de la page d'accueil (voir photo ci-contre), puis cliquez sur «SOUMETTRE». Et c'est parti!

dimanche 4 mars 2012

LE PRÊT-À-CONTOURNER

Pour tenir une séance « d’information publique » sur son projet de règlement fait sur mesure pour court-circuiter la réglementation d’urbanisme en vigueur depuis des décennies, Marie Cinq-Mars a choisi le 1er mars 2012.

La ratoureuse mairesse d’Outremont avait-elle consulté le calendrier inca pour en déterminer la date? En tout cas, ça tombait pile avec la Semaine de relâche. Même le ciel lui est venu en aide en lui offrant une bordée de neige inespérée. Pour ne rien laisser au hasard et éviter que sa manigance soit ébruitée dans les chaumières de son bon peuple, Cinq-Mars n’a fait publier aucun avis dans les journaux locaux qu’elle ne néglige pourtant jamais lorsqu’il s’agit de se pavaner et d’entretenir sa « popularité » électorale.

Ce soir-là, Marie Cinq-Mars a fait bien pire encore. Alors que c’est elle qui a personnellement porté à bout de bras ce projet de règlement prêt-à-contourner, elle, a brillé par son absence. Tout comme sa coéquipière Ana Nunes. « Pas là, pas là, pas là, n’est jamais là », comme disait la chanson de Christine Chartrand. C'était la deuxième fois en autant de mois que la mairesse faisait faux bond aux citoyens venus à sa rencontre à l'hôtel de ville. Peut-être la mairesse était-elle convaincue que cela ne valait pas la peine de s’y montrer le bout du nez étant donné la discrétion qui avait été entretenue sur cette soirée top secret. Peut-être craignait-elle aussi que le nez lui allonge en public?

Manque de pot, certains citoyens ont fait la job à sa place avec le résultat que la salle du conseil a été assiégée par plus d’une cinquantaine de résidents dont certains désespéraient de se trouver une chaise libre.

Question d’expédier la séance, la mairesse a mandaté le conseiller Louis Moffatt. Ce dernier l’a vraiment prise au mot. S’adressant aux citoyens venus au micro poser leurs questions et exposer leurs préoccupations, Moffatt n’a pas mis de gants blancs. Avec un sans-gêne sidérant, le président d’assemblée par défaut a ni plus ni moins demandé aux intervenants de se grouiller : « Nous n’avons pas envie d’être ici jusqu’à 10 h! » Ah bon? L’était pressé d’aller au resto dépenser le salaire que nous lui versons?

C’était vraiment trop de considération pour les citoyens inquiets des dérapages que ce Règlement sur les Projets Particuliers de Construction, de Modification ou d’Occupation d’un Immeuble (PPCMOI) pourrait engendrer. Après tout, ne s’agit-il pas d’un mécanisme qui pourrait permettre de faire indirectement ce qu’il n’est pas permis de faire directement? Pensons à la tentative d’agrandissement de la synagogue du 5363 Hutchison que le Plateau a voulu accorder à la communauté hassidique en utilisant justement un PPCMOI pour contourner le zonage strictement résidentiel en vigueur.

Il est vrai que le projet de règlement que veut adopter Cinq-Mars a prévu exclure la possibilité de construire, de modifier ou d’occuper un immeuble à des fins de lieu de culte. Mais est-ce rassurant pour autant? Pas du tout. Il n’y a que les élus du clan Cinq-Mars pour prétendre qu’il n’y a pas de crainte à y avoir de ce point de vue.

Pour se convaincre qu’il y a toujours péril en la demeure, il suffit de voir avec quelle facilité désarmante les sectes hassidiques ont su contourner cet obstacle sur l’Avenue du Parc.

Sur cette artère, au nord de la rue Bernard, le zonage interdit explicitement l’implantation d’un lieu de culte. Qu’ont fait les dirigeants des synagogues intégristes pour s’y installer les doigts dans le nez? Ils ont simplement rebaptisé leurs synagogues « centres communautaires », ce que permet le zonage. Ah! la belle entourloupette. Richard Bergeron, le chef de Projet Montréal n’y a vu que du feu. Si bien que les synagogues illégales pullulent désormais dans ce secteur de l’Avenue du Parc.

Pensez-vous vraiment que les dirigeants hassidiques sont plus respectueux des règlements à Outremont? Et ce cher Moffatt qui nous demande, sérieux comme un pape, de lui faire confiance (lisez le billet de la conseillère Céline Forget à ce sujet). Parfois, Louis, sans le savoir, t'es pas mal rigolo.

Ne manquez pas la séance du conseil de demain soir (lundi, 5 mars ) Si la mairesse est revenue (de vacances ?), vous pourrez la questionner sur son fameux projet qu'elle veut faire adopter sur place. Venez lui faire sa fête. C'est pas tous les jours 5 mars!