mercredi 5 mai 2010

LE MARCHÉ DE DUPES

Le 29 avril dernier, l'arrondissement du Plateau Mont-Royal a tenu une séance d'information publique sur la demande de dérogation de zonage que réclament les dirigeants de la synagogue du 5363 Hutchison. C'est la deuxième fois en autant d'années qu'ils reviennent à la charge pour obtenir le droit d'agrandir de 700 pieds carrés leur lieu de culte.

La première tentative s'était faite il y a pratiquement deux ans. À l'époque,
les dirigeants hassidiques étaient passés à un cheveu de réussir.


Jeudi dernier, par contre, 80 citoyens (dont la moitié provenant du Plateau) sont venus s'opposer vigoureusement à ce qu'ils considèrent être une autre "faveur" faite aux dirigeants ultraorthodoxes.

Cliquer sur la photo pour lire l'article du Point d'Outremont. Ça vaut la peine!

Face aux citoyens, Mme Marlène Schwartz, la conseillère en aménagement a ressorti de ses cartons
le
même fichier PowerPoint qu'elle avait présenté deux ans plus tôt.

Malgré les critiques qui ont fusé depuis la première tentative de dérogation au zonage et les déclarations contradictoires des dirigeants de la secte hassidique, les nouveaux élus du Plateau n'ont pas changé une virgule du projet controversé. Ils n'ont même pas cru nécessaire de relever les incohérences du dossier mis sur pied par l'ancienne administration. Elles sont pourtant nombreuses, ces contradictions.

Au début de la séance, Mme Schwartz affirme que la synagogue n'accueillera pas plus de fidèles. Dans un premier temps, on nous raconte que ces derniers sont à peine une trentaine et que leur nombre n'augmentera pas au fil des ans. Puis, à force d'être bombardée de questions, la tablée ne parle plus en terme de "fidèles", mais de "familles". Méchante nuance, non?

Comme on sait que la taille moyenne des foyers hassidiques est de 5,6 personnes et que le taux de fertilité est de 6,2 par femme en âge de procréer (voir étude, page 6) voici que,
d'un seul coup, le nombre de fidèles quintuple, voire sextuple. Mieux. On apprendra finalement que selon les normes du code du bâtiment, la capacité d'accueil autorisée est de... 150 personnes. Et qui, dites-nous, jouera au placier avec son compteur à la main pour refuser la 300e personne qui voudra franchir la porte du paradis? Certainement pas les quatre pauvres inspecteurs qui quadrillent cet arrondissement quatre fois plus populeux qu'Outremont.

Depuis deux ans, on cherche à nous chloroformer en jouant avec les mots, les chiffres et les demi-vérités.
On appelle ça mentir par omission. Après la multiplication des pains, des "vendeurs du Temple" font des pieds et des mains pour minimiser les impacts et les nuisances présentes et à venir pour qu'on achète le projet.

Quant aux dirigeants de la synagogue, on voudrait bien les croire sur papier, mais sur parole, c'est beaucoup demander. Comme on dit: "Chat échaudé craint l'eau froide"
! Plus ils parlent, plus on doute. Ils ont beau jurer que le demi million de dollars qu'ils engloutiront dans le projet n'est destiné qu'à améliorer le confort des 30 fidèles actuels, il n'en demeure pas moins que dans les pages du journal The Gazette, Moshe Englander, le promoteur du projet a bel et bien dit :"More people doesn't mean more traffic". Tiens! Tiens! More people, hein?

On se demandait aussi pourquoi Moshe Englander avait ressenti le besoin de faire percer une deuxième porte en façade d'une synagogue si tranquille. Serait-il tombé sur des statistiques sur la hausse de l'obésité morbide au sein de la population nord-américaine? Et si 30 fidèles ont vécu pendant près de 60 ans avec une toilette, pourquoi les 30 fidèles à venir éprouveraient-ils ce besoin subit d'en prévoir quatre fois plus? Mystère et boule de gomme.

Il n'est d'ailleurs pas anodin de constater que les autorités municipales ont mentionné que les plans originaux déposés par la communauté hassidique projetaient une synagogue bien plus grosse que ce qui a finalement été accepté par les services d'urbanisme. C'était toujours pour 30 fidèles? Hummmmmm!


Lors de cette soirée pour le moins mouvementée, un citoyen du Mile-End a certainement été la figure emblématique de ce combat acharné pour préserver nos rues résidentielles. Il s'agit de M. Kevin Cohalan (photo ci-contre).

Il y a une dizaine d'année, M. Cohalan était monté au front pour contrecarrer le énième agrandissement d'une synagogue de la rue Jeanne-Mance.

Porte-parole du Comité des résidents de la rue Jeanne-Mance, M. Cohalan, avec d'autres citoyens tel le professeur d'anthropologie Pierre Beaucage, se sont battus bec et ongles pour empêcher une troisième phase d'agrandissement d'un lieu de culte hassidique sur leur tronçon de la rue Jeanne-Mance. Là aussi, le zonage était strictement résidentiel.

Malgré les 15 000$ qu'ils ont investis de leurs propres poches,
messieurs Cohalan et Beaucage ont été scandaleusement ignorés par l'équipe municipale en poste à l'époque. Pour comprendre quel type de sapin ils se sont fait passer, il faut lire l'article qui avait été publié le 25 novembre 2000 dans Place Publique, un journal local du Plateau.

Mais qu'ils aient été à la fois victimes de l'incurie des autorités municipales et d'un marché de dupes au profit des ultrareligieux, le résultat fut le même: une aberration sans nom. (cliquer sur la photo ci-contre de la rue Jeanne-Mance).

Comparez maintenant cette photo à celle-ci et dites-nous pourquoi cette histoire d'horreur ne pourrait pas se répéter sur la rue Hutchison? Tous les éléments sont en place pour la répétition de ce scénario.
cliquer sur la photo pour zoomer

Après tout, le duplex du 5363 Hutchison est déjà mitoyen au duplex du rabbin et d'un troisième appartenant aussi à quelqu'un de la secte hassidique. Dans dix ans, une autre administration pourra faire comme ont systématiquement fait toutes les précédentes, c'est à dire accorder de nouvelles dérogations malgré les promesses des ultraorthodoxes qui, chaque fois, avaient juré que c'était le dernier agrandissement. La stratégie des petits pas leur a toujours réussi.


Après une soirée aussi houleuse, vous aimerez sûrement savoir ce qu'on décidé de faire les élus du Plateau à propos de la dérogation de zonage du 5363 Hutchison.

Nous vous invitons donc à visionner la vidéo des propos tenus par le conseiller Alex Norris et le maire Luc Ferrandez lors de la séance du conseil d'arrondissement du 3 mai dernier.
Pour arriver au coeur du sujet, il vous suffit de cliquer ICI et d'avancer à 6 minutes 12 de la vidéo.

Par la suite, visionnez la période de questions sur ce même thème en cliquant ICI et en débutant l'écoute à 12 minutes 30. Vous entendrez mes propos ainsi que ceux du chef du parti Projet Montréal, M. Richard Bergeron, de même que ceux de Jean-Marc Corbeil sur le sujet.

Pour le moment, je n'émettrai aucun commentaire sur ce que vous vous apprêtez à voir et entendre. Je vous laisse juger vous-mêmes les arguments avancés de part et d'autre... Mais je vous promets de revenir bientôt sur ce qui s'y est dit. Juré craché!

Bonne écoute et bonne réflexion.

7 commentaires:

fratellino a dit…

D'abord, sur le deuxième vidéo, j'ai trouvée fort suave votre petite phrase aux allures anodines mais Ô! Combien assassine: "Sur mon blog, je n'ai jamais traité personne d'attardé social". Eh! Vlan! Me suis bien marré!

Quant à monsieur Norris, il s'empêtre drôlement avec son franc parler. Vous a-t-il traité d'antisémite? Entre la parole d'un politicien qui se débat comme un démon dans l'eau bénite sur le sujet et vous qui dites avoir essuyé cette remarque devant témoin... Je ne crois pas le politicien. J'ai hâte de voir la suite (s'il y en a une!).

Je relève aussi, dans l'article du Point d'Outremont auquel vous faites référence, le petit article en bas de page, qui lui aussi semble tout anodin.

On ne refuserait donc pas une telle dérogation à une église catholique, clame-t-il? Affirmation bien mal éclairée: c'est tout à fait normal car de toute façon, la situation ne se présentera pas. Tout simplement parce que les cathos (à qui on peut reprocher un tas de choses) ne champignonnent pas des églises illégales partout sur le territoire!

Anonyme a dit…

On constate encore l'action d'un lobby efficace pour imposer sa logique. Les plans du complexe proposé incluent notamment : une cuisine, une terrasse (350 pi2), un vestiaire et une toilettes à quatre cuves. En clair, le lieu se transforme en centre communautaire munis d'une cafétéria. On s'éloigne radicalement de l'usage du shul en lieu de "culte" acquis en 1952. À cet égard, la contestation judiciaire du projet pourrait prendre le pas sur la contestation référendaire.

Mariclaude Ouimet a dit…

Dans sa description, Anonyme a oublié de mentionner que les plans incluaient aussi un entrepôt: pourquoi ? Pour du vin de messe ? Du vin servi dans une cuisine-cafétéria, ça prend un permis d'alcool, non ? C'est quoi au juste: un restaurant, un lieu de culte, un centre commnunautaire, un local d'enseignement religieux ?? Toutes ces réponses ?

Dans l'Express d'Outremont du 06.05.10, on peut lire que M. Ferrandez se dit '' insatisfait de la relation entre les deux groupes ''. Si relation tordue il y a, c'est peut-être parce que les faveurs continuelles accordées à un certain groupe, sous couvert d'accommodements raisonnables, provoquent l'animosité et une certaine rancoeur chez l'autre groupe. Il faudrait que M. Ferrandez se pose de sérieuses questions sur son sens de l'équité quant à l'application de ses règlements.

Résidents d'Hutchison, côté Outremont, je ne me souviens pas avoir vu M. Moffat (votre conseiller de district) à la consultation publique. Vraisemblablement, vos déboires sont le cadet de ses soucis !

Anonyme a dit…

On sent que le projet de synagogue est purement électoraliste et nullement éco-logique. Encore une fois les élus cèdent devant des enfants braillards. On ne peut décidément pas faire confiance à des décideurs à courte vue qui à coup sûre ghettoïsent notre vie.

Mariclaude Ouimet a dit…

À la consultation publique du 29 avril, je portais votre attention sur une absence remarquée, celle de Louis Moffat, conseiller du district Claude Ryan, conseiller des résidents de la rue Hutchison, côté Outremont.

Permettez-moi de porter votre attention sur une présence remarquée, le même soir,celle de M.Jean de Julio-Paquin, qui s'était présenté aux élections de 2009 comme conseiller dans le district Claude-Ryan.

Je ne vous dirai pas pour qui voter en 2013 !! Je ne vous dirai pas qui est présent pour défendre votre qualité de vie et vos intérêts !

Anonyme a dit…

Merci pour toute ces informations. J'ai tout regardé avec attention.
Grâce à votre blog, je suis maintenant plus au courant de la problématique.

Anonyme a dit…

Décidément, la Gazette nous instruit sur le sujet : "more people doesn't mean more trafic"??? Difficile à croire que les quelques 50 000 "bobovers" de Borough Park, N.Y. ne fréquenteront pas le complexe communautaire rénové via des autobus inter-cités, scolaires ou autres wagonettes. Un simple calcul nous apprend que 30 fidèles + la famille + la famille élargie, le tout dans le confort d'une centre communautaire tout équipé = beaucoup d'allées-venues motorisées!!!