jeudi 10 février 2011

LE MESSIANISME POLITIQUE










Contrairement à l'image qui nous vient trop facilement à l'esprit, les intégristes religieux ne sont pas tous des «Barbus Belles Boucles».

Regardez-moi cette jolie jeune femme aux grands yeux exaltés. Elle s'appelle Faytene Kryskow. Elle n'a pas un poil au menton et ne porte pas de turban. Pourtant...

Ancienne missionnaire de rue,
Faytene Kryskow est aujourd'hui directrice de 4 MY CANADA, un mouvement évangélique Born Again qui se prépare allègrement à la fin du monde et au retour du Messie.

Lorsque le Saint-Esprit l'envahit, elle devient en proie à une impressionnante danse de Saint-Guy et se met à parler
une langue mystique devant une foule en transe. Mieux! Elle est en communication directe avec les députés et sénateurs conservateurs grâce à une carte de sécurité qui lui permet de fouiner jusque dans les projets de loi au feuilleton du parlement d'Ottawa. Il s'agit d'un privilège réservé à moins de 20 personnes au pays! Kryskow se vante de faire plus de 400 rencontres par an dans l'enceinte parlementaire.

Comme elle, les conservateurs Stephen Harper, Stockwell Day, Rod Bruinooge, James Lunney et Jeff Watson (pour ne nommer que ceux-là) sont des chrétiens Born Again convaincus que Dieu a confié un rôle spécial au Canada en prévision du retour du Christ sur terre.

Il vous faut absolument voir le reportage À la droite de Harper diffusé jeudi dernier dans le cadre de l'émission Enquête sur les ondes de Radio-Canada.
C'est à vous couper le sifflet.

Au cas où vous ne le sauriez pas encore, des lobbyistes de la droite religieuse pure et dure, nous en avons dans notre propre cour.

Ci-contre, le «harper-rien» Mayer Feig aux côtés du premier ministre illuminé

Eh! oui. Comme les évangéliques, les dirigeants hassidiques d'Outremont et du Plateau se bousculent au portillon du parlement fédéral pour combattre les mariages gais et le libre choix des femmes en matière d'avortement, par exemple. À l'émission de Joël LeBigot, ce matin, on apprenait que leurs coreligionnaires d'Israël s'opposent même à la stérilisation des chats de ruelles qui pullulent à Jérusalem.

Comme les évangéliques, nos ultrareligieux nient l’existence des changements climatiques. Le 1er octobre 2009, à la sortie d'une assemblée du conseil d'Outremont, Mayer Feig le porte-parole hassidique qui vient d'obtenir du Plateau la faveur d'agrandir sa synagogue sur Hutchison m'a juré que le réchauffement de la planète n'était que foutaise. «It's not God's will!». OK, d'abord. Je lui reparlerai de Darwin une autre fois. De toute façon, Mayer venait de s'engouffrer dans son gros 4x4 pour retourner à la maison.

Mais il n'y a pas qu'à Ottawa que les lobbies ultrareligieux y vont à fond la caisse (électorale). Ces dernières années, le gouvernement Charest s'est bien laissé conter fleurette par les intégristes ultraorthodoxes.

Pensons
à l'entente sur les écoles privées juives qui a été à un cheveu de passer sous le radar des journalistes,
à la tentative de modifier le calendrier scolaire, à la restitution des subventions à l'école juive First Mesifta qui refusait de respecter les services éducatifs obligatoires et ... le Conseil orthodoxe juif pour les relations communautaires du Québec (JOCC) qui s'objecte au projet de loi 94 qui interdirait le port du hijab (!) dans la fonction publique.

Ci-haut: Jean Charest à Boisbriand, en compagnie d'un dirigeant hassidique.

On ne peut pas non plus passer sous silence tout ce qui se traficote dans le dos du peuple "non élus" au niveau des mairies. La règle du double standard, les passe-droits de toutes sortes, le «give & take» d'arrière-scène, les jeux de coulisse, tant à la ville centre, qu'au Plateau et à Outremont, on connait.

Gérald Tremblay avec les dirigeants ultraorthodoxes, une semaine avant les élections de 2009 (cliquer sur la photo pour identifier les notables)




Ci-contre, Max Lieberman et Mayer Feig entrant à l'Hôtel de Ville d'Outremont par la porte de service, pour un rendez-vous avec Marie Cinq-Mars après les heures d'ouverture



Puisque nous pataugeons dans les questions de lobbyisme d'extrême droite et de moralité sans failles, profitez-en pour revoir Le Canada sous influence, un reportage percutant de l'émission Une heure sur Terre qui se marie parfaitement à celui d'Enquête. C'est d'autant plus pertinent que Bev Oda, la ministre de la Coopération internationale, responsable de l'ACDI, a tripoté un document pour refuser un financement de 7 millions de dollars à l'organisme Kairos dont il est entre autres question dans le reportage. Propre, propre, propre nos politiciens.

mardi 8 février 2011

LE LUNDI NOIR


Hier soir, dans deux arrondissements de Montréal, la tension était si palpable, qu'un intégriste sikh aurait pu la trancher au kirpan.

Du côté du Plateau Mont-Royal, après neuf mois d'une grossesse à risques, l'administration de Richard Bergeron a fini par accoucher au forceps d'un agrandissement de la synagogue Gate David dont les ultraorthodoxes Bobov revendiquent la paternité.

De toute évidence, Bergeron a mis toute la pression dont il était capable sur ses collègues du Plateau pour faire sortir le vote en faveur des hassidim. Il y allait de son honneur puisque le chef de Projet Montréal avait promis cet agrandissement à la congrégation depuis des années.

Trois des six conseillers municipaux de son propre parti se sont pourtant tenus debout en votant contre le projet controversé de la synagogue du 5363 Hutchison. De gauche à droite: Richard Ryan, Josée Duplessis et Carl Boileau.

Cliquez ICI et avancez à 9 min 39 s pour entendre leurs arguments pleins de bon sens (donnez aux vidéos 30 secondes pour se charger). Lisez également Le Devoir et La Presse sur le sujet.

Après une saga épique de plus de trois ans (Cliquer ICI pour un bon résumé de l'histoire réalisé par un journaliste de la station CIBL) , un processus référendaire bidon que les citoyens ont réussi à faire invalider en Cour supérieure, le chef de Projet Montréal a repris le bâton de pèlerin que Gérald Tremblay et Helen Fotopulos avaient dû laisser à l'Hôtel de Ville du Plateau lors des dernières élections municipales de novembre 2009.

Il faut dire que M. Bergeron s'est lui-même laissé impressionner par le puissant lobby hassidique qui l'avait pourtant combattu sans pitié lors des dernières élections.


Il semblerait que
le lobby ultrareligieux soit parvenu à noyauter le service administratif du Plateau. Des fonctionnaires prendraient fait et cause pour les projets hassidiques et mettraient des bâtons dans les roues des élus du Plateau. Le maire Ferrandez a admis, hier soir, qu'il y avait de l'obstruction à l'intérieur de la machine, en ajoutant qu'il allait voir au problème.

Cela n'excuse pas Richard Bergeron. Par pur opportunisme électoraliste et dans l'espoir de se faire du
«
capital politique» à Outremont et dans d'autres arrondissements le chef de la deuxième opposition a troqué ses soi-disant valeurs d'apaisement de la circulation et d'amélioration de la qualité de vie des résidents.

À ce petit jeu, il se montre aussi cynique et calculateur que le sont les chefs des autres partis municipaux
et, plus particulièrement le maire Tremblay, ainsi que les mairesses Marie Cinq-Mars et Helen Fotopulos, d'Union Montréal.

Il fallait entendre M. Bergeron dire que
«la congrégation [Gate David] se comporte de manière exemplaire en termes de démarches administratives et démocratiques.» Revoyez la vidéo montrant Mayer Feig, le porte-parole de la synagogue, contrevenir allègrement à la réglementation sur le bruit et ce, malgré l'interdiction expresse de Marie Cinq-Mars. Peut-être préférez-vous le voir défier l'interdiction de circuler en autobus intercités dans les rues résidentielles? Voyez le même administrateur de cette synagogue accueillir, le sourire aux lèvres, un de ces mastodontes devant la synagogue qui vient de se voir accorder la dérogation décriée par les résidents. La carotte, c'est un magnifique incitatif. Encore faut-il ne jamais jeter le bâton.

M. Bergeron a droit de se bercer d'illusions et de se tromper dans ses stratégies de conquête du pouvoir. Parions toutefois que sa brillante idée de troquer l'agrandissement d'une synagogue contre des votes aux prochaines élections va faire long feu.

Quant aux injonctions que veut utiliser le Plateau contre certains délinquants intégristes, dans l'absolu, c'est génial. Mais les
«Craignant Dieu»* ont fait cent fois la preuve qu'ils ne craignent pas d'utiliser les tribunaux jusqu'aux échelons suprêmes pour faire fléchir les empêcheurs de prier en rond. On se reparlera des résultats dans cinq ou dix ans.

Et nous, citoyens bafoués, nous revoici les dindons de la farce? Mais nous n'avons pas encore dit notre dernier mot.

Écoutez d'abord, l'intervention d'un citoyen qui a porté plainte au sujet d'une demie douzaine d'établissements suspects tout près de chez lui, sur l'avenue du Parc. Vous entendrez M. Ferrandez lui confirmer que quatre de ces lieux sont occupés illégalement par des membres de la communauté hassidique. Cliquez ICI et rendez-vous à 38 min 48 s de l'enregistrement.

Écoutez maintenant l'intervention d'un autre citoyen qui parle du lobbyisme douteux et du tordage de bras que subissent les citoyens aux mains des puissants dirigeants hassidiques. Cliquez ICI et reculez à 9 min 23 s de l'enregistrement.







Benoît Dutrizac m'a demandé de lui accorder une entrevue radiophonique sur le sujet cet après-midi (cliquer ICI pour l'entendre). Cela pourrait d'autant plus vous intéresser qu'on y a abordé une question qui a fait jaser hier soir lors de l'assemblée du conseil d'arrondissement d'Outremont.

Il faut bien dire qu'au moment où les élus du Plateau nous faisaient part de leur décision à propos de la synagogue, à Outremont, l'ambiance n'était guère plus jojo.

Durant la période de questions, un citoyen a demandé à Marie Cinq-Mars si le nouveau commandant de police d'Outremont qu'elle venait de présenter fièrement au bon peuple était bien le même homme qui avait accepté un voyage de deux jours à New York défrayé en grande partie par le lobby ultraorthodoxe. La foudre serait tombée sur la première dame d'Outremont que ça n'aurait pas senti davantage le roussi dans la salle du conseil.

Une fois de plus, Marie Cinq-Mars a sauté les plombs et perdu sa contenance BCBG.
Hystérique, la mairesse a carrément refusé de répondre, prétextant, comme c'est son habitude, que la question était malveillante. Et c'est elle qui ose déclarer dans la dernière édition de L'Express d'Outremont qu'elle est heureuse
«de voir qu'il existe des mécanismes dans notre société démocratique qui permettent aux citoyens concernés de pouvoir s'exprimer.»? Pincez-nous, quelqu'un!

Cinq-Mars n'avait surtout pas envie d'avouer que son commandant Martin Desbiens-Côté avait bel et bien couché à l'hôtel new-yorkais de Michael Rosenberg, le marionnettiste qui fait danser à sa guise les chefs de tous les partis municipaux de la métropole et leurs cours respectives. Les délinquants récidivistes pourront donc continuer de dormir sur leurs deux chastes oreilles.

Écoutez l'entrevue qu'a accordée le nouveau commandant à Benoît Dutrizac mardi après-midi. Ça ressemble à un «bien cuit»!

* Traduction du mot hassidim, en hébreu

mardi 1 février 2011

LE PREMIER TEST

Si vous n'avez pas encore réservé votre soirée du 7 février, c'est le temps! Après une abracadabrante saga de trois ans et demi, c'est lundi soir prochain, à 19h, à la maison de la culture du Plateau-Mont-Royal (465, avenue du Mont-Royal Est) que les élus de Projet Montréal du Plateau Mont-Royal devraient trancher.

Permettront-ils aux dirigeants de la synagogue du 5363 Hutchison d'agrandir leur lieu de culte qui se trouve dans un zonage strictement résidentiel? Choisiront-ils plutôt de se ranger derrière les nombreux arguments des résidents qui ont décrié ce projet très controversé? On verra bien si le gros bon sens et les politiques d'apaisement de la circulation et d'amélioration de la qualité de vie des résidents sont des valeurs authentiques ou des mots en l'air comme cela s'est tristement avéré sous le régime de la mairesse Fotopulos, d'Union Montréal.

Pour les résidents qui habitent de part et d'autre de la frontière qui sépare le Plateau et Outremont, la décision de l'équipe de Projet Montréal est le premier vrai test de la cohérence et de la détermination des élus du Plateau.

Se limiteront-ils à trancher la poire en deux? Seront-ils les premiers à sonner la fin de la récréation à propos des flottes d'autobus d'écoliers qui défilent au rythme de 55 autobus par jour sur nos rues strictement résidentielles? Mettront-ils le pied à terre pour faire respecter le zonage, faire disparaitre les dortoirs illégaux, les agrandissements de lieux de culte obtenus grâce à de f
ausses déclarations

Et pour tous ceux et celles qui éprouveraient encore un malaise à l'idée de faire appliquer la réglementation municipale à des dirigeants ultraorthodoxes récalcitrants, ce serait une très bonne idée de visionner le reportage vidéo intitulé Le rabbin rebelle de Monroe (voir plus bas).

cliquer sur la photo pour zoomer

Vous verrez que les comportements délinquants déplaisent tout autant aux résidents juifs du New Jersey qui tiennent comme nous à la quiétude de leurs rues résidentielles.



video
Cliquer sur la flèche pour voir le vidéo.

Vous aimeriez un autre exemple de la même problématique au New Jersey? Lisez cet article du Jerusalem Post qui décrit l'histoire de propriétaires d'un quartier résidentiel de Teaneck qui se battent pour préserver leur quiétude et la valeur de leurs propriétés. Là-bas, comme ici, on voit des élus qui ne savent choisir entre la qualité de vie de leurs résidents et les craintes de poursuites de la part des ultraorthodoxes.
On se croirait à Montréal, ma parole!