mercredi 6 février 2008

CAMOUFLAGE 101

La lune de miel entre la « nouvelle » mairesse et le bon peuple outremontais aura été de bien courte durée. Le 4 février dernier, dès sa deuxième apparition publique devant ses sujets, Marie Cinq-Mars a elle-même choisi d’entamer sa lune de fiel avec les citoyens d’Outremont. La pomme de discorde: une escapade à New York, en 2005.

Marie Cinq-Mars qui, durant la campagne électorale de l'automne 2007, se vantait d'avoir été la première à dénoncer les huis clos arrosés au Glenfiddich de ses compagnons d'armes, jurait qu'elle allait faire du ménage. Une fois en selle, cependant, il semble qu'il ne soit pas si facile de se défaire des habitudes de gestion de taverne que le Boy's Club avait instauré à l'intérieur de l'hôtel de ville.




Armoiries de l'arrondissement d'Outremont voilées à la suite d'une mise en demeure des procureurs de l'arrondissement









Sur le coup de 19h, adoptant le style d'une maîtresse d'école qui tient à imposer le respect dès le premier jour de classe, la mairesse a donné le ton. Après avoir invité petits et grands à "aller patiner avec elle dimanche après-midi prochain" dans cet arrondissement où il fait si bon vivre, Mme Cinq-Mars s'est pliée à l'exercice obligé de la période de questions des citoyens.

L’objectif de la présidente de l’assemblée est apparu on ne peut plus clair : étouffer dans l'œuf ou décourager coûte que coûte toute tentative de la part des citoyens d’obtenir des réponses légitimes à des agissements inexpliqués, nébuleux, discutables, voire indéfendables. Il ne fallait surtout pas que les questions des citoyens mettent en péril l’ancien ordre établi, les tractations secrètes et les combines de l’ancien régime dont seule la tête de Stéphane Harbour a été déboulonnée.


Premier au micro, je lui a rappelé la promesse qu'elle m'avait faite le mois précédent dans la même enceinte: répondre aux questions que je lui avait posées à propos d'un certain voyage à New York entrepris en juin 2005 par les autorités de l'arrondissement.

En tant que citoyen, je souhaitais apprendre
qui avait participé au voyage, qui avait suggéré d'aller visiter les enclaves hassidiques de New York, qui avait payé les 200$ exigés pour participer au voyage, le nom de l'hôtel où ils ont logé à New York, l'itinéraire suivi, les dépenses encourues et les enseignements que les autorités en ont tirés pour Outremont?
Pour toute réponse, les citoyens ont eu droit à une lecture intégrale et monocorde de la mission de la commission sur les relations intercommunautaires de l’arrondissement. Point à la ligne. Avec un sans-gêne remarquable, Marie Cinq-Mars s’est complu à relire d’une voix neutre le même passage aux trois autres citoyens qui sont revenus sur le sujet manifestement épineux pour la représentante des autorités en place.Heureusement, nous n’avions pas voulu courir ce risque et nous nous étions présentés devant cette belle palette d’élus avec la plupart des réponses en poche (voir les articles de L'Express d'Outremont et du Devoir. Vous trouverez certaines des réponses en hyperlien dans le texte de ce blogue. D'autres documents que nous possédons ne peuvent encore se retrouver sur le blogue pour des raisons juridiques.Soulignons tout de même le bel effort d’étouffement de l’affaire qui sent particulièrement mauvais. Il est à espérer que la mairesse a plus de style lorsqu'elle va patiner sur l’étang du parc Saint-Viateur.

Il n’y a peut-être plus de Glenfiddich au bar du 543, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, mais entre les méthodes Harbour et Cinq-Mars, qui sait si on pourra désormais dire « blanc Dubonnet, Dubonnet blanc »!

1 commentaire:

Yves a dit…

Pouvez-vous me donner l'adresse de l'agence de voyage Rosenberg ? À 200 dollars le voyage + nuit d'hôtel dans un 4 étoiles et autres gracieusetés j'aimerais y enmener femme, enfants, frères, soeurs, cousins et cousines.

Où est la transparence madame la mairesse ....