dimanche 10 avril 2011

L'EFFONDREMENT DÉMOCRATIQUE

Soixante ans après s’être établis au 5363 Hutchison, mais à peine deux jours avant la signature du registre référendaire, les dirigeants de cette synagogue jouent leur va-tout en lançant, en dernier recours, un appel à l’ouverture et au dialogue de bonne foi.

Cette «main tendue» nous est parvenue aujourd'hui même (dimanche) sous la forme d’un tract distribué aux portes. Un tract qui supplie les résidents de boycotter la journée de signature du registre et de permettre à la congrégation Bobov d’agrandir son lieu de culte sur notre rue résidentielle.

Personne n’a remis en cause le droit acquis de ce lieu de culte. Personne, non plus, ne s’objecte à ce que la communauté hassidique rénove la synagogue qui a été négligée pendant trop de décennies.

Nous demandons simplement que le lieu de culte qui est en dérogation du zonage ne s’agrandisse pas au-delà de ses fondations actuelles. Est-ce trop demander sur les 600 mètres de cette rue dont le zonage est classé «strictement résidentiel» et où l’on compte déjà quatre synagogues dont trois contreviennent à plusieurs règlements municipaux?


Permettez-moi de reprendre les arguments présentés par M. Moshe Englander dans son tract et de rétablir les faits.


Mais d'abord, qui est Moshe Englander?


M. Englander est le promoteur du projet d’agrandissement évalué à près de 400,000$. Il travaille de concert avec Rosdev, l’empire multinational qui œuvre dans le secteur du développement immobilier. Cliquez ICI pour constater son implication avec le groupe Rosdev. Vous verrez que le numéro de téléphone qu'il fournit sur son tract est le même que sur ses relations avec Rosdev.

M. Englander est-il cohérent et de bonne foi lorsqu’il supplie les citoyens de ne pas « aller voter au registraire »?

C’est Moshe Englander lui-même qui, avec son coreligionnaire M. Mayer Feig, a personnellement demandé à plusieurs commerçants de l’avenue du Parc de signer la pétition qui allait permettre l’ouverture du registre référendaire sur cette grande artère.

Lorsqu'il a fait déposer cette pétition au greffe du Plateau, le 25 mars dernier, M. Englander ne donnait-il pas
ainsi explicitement son aval au processus référendaire? Peut-il, d'une main, inviter les résidents à réclamer l'ouverture d'un registre, puis, de l'autre, prier ces mêmes résidents de boycotter le processus référendaire? Tirez vos propres conclusions, mais à nos yeux, il est clair que M. Englander et Feig n'ont cherché rien d'autre que de saboter grossièrement le processus le plus démocratique qui soit.

Par ailleurs, contrairement à ce que dit M. Englander dans son tract, le mardi 12 avril, il n’est pas question de « voter », mais bien plutôt de signer un registre qui pourrait, par la suite, permettre à tous les citoyens des zones concernées de s’exprimer librement en votant pour ou contre le projet.
Y a-t-il une façon plus démocratique que celle-là de procéder?

Est-il possible que cet agrandissement ait pour conséquence de réduire le nombre de fidèles à la synagogue comme le prétend M. Englander?

Si on choisit de creuser le sous-sol, puis de l’agrandir de 200 pieds carrés en défonçant les fondations actuelles, puis de gagner encore plusieurs autres centaines de pieds carrés de surfaces de planchers à l’étage, dites-nous par quel tour de magie cela pourrait-il bien conduire à une réduction du nombre de fidèles à l’intérieur de l’édifice? Relisez l’entrevue que M. Englander a donnée à The Gazette (9 septembre 2008) dans laquelle il avoue que la synagogue a besoin d’être agrandie et que ce n’est pas parce qu’il y aura plus de fidèles que cela créera plus de circulation. Qui, dites-nous, engloutirait près d'un demi-million de dollars pour que 30 personnes s'y sentent plus à l'aise?

Est-il vrai, comme l’affirme M. Englander, que la synagogue n’est fréquentée que par 30 fidèles?

Il n’y a rien de plus faux. Le 29 avril 2010, lors de la soirée d’information publique organisée par l’arrondissement du Plateau, Mme Marlène Schwartz, la conseillère en aménagement de l’arrondissement a d'abord avoué qu’il ne s’agissait pas de 30 fidèles, mais bien de 30 familles. Puis, pressée de questions, Mme Schwartz a fini par confirmer que la capacité d’accueil de la synagogue était de 155 personnes. C’est cinq fois plus que ce que cherche à faire croire M. Englander.

Que penser, finalement, de la consultation que M. Englander se vante d'avoir eue avec ses voisins immédiats durant toute l’étape de la planification?

Pour une fois, il aura probablement dit vrai. Précisons tout de même que les deux immeubles au sud de la synagogue appartiennent à des membres de cette congrégation hassidique. Par ailleurs, le rabbin qui officie à cette synagogue habite l’immeuble mitoyen, juste au nord. Faut-il s’étonner que les
«voisins immédiats» aient été consultés? Cela n’a toutefois aucune valeur comparativement à la consultation publique que nous réclamerons mardi.

C'est très simple. Si vous croyez à l'expression démocratique, vous ne pouvez pas accepter l'appel au boycott de la journée de signature du registre fixée pour le mardi 12 avril. Rendez-vous en grand nombre à la bibliothèque Mile-End et signez le registre qui y sera mis à votre disposition entre 9h et 19h. Et que la majorité l'emporte!

2 commentaires:

Jean-Marc Corbeil a dit…

Passons votre missive aux portes!

S. Rivard a dit…

Je vous invite à faire quelques recherches sur la vision de la dynastie Bobov face à la démocratie.
Ça pourrait éclairer quelques lanternes...
Le concept même de ce débat n'est pas anlysé de la même façon.
Les valeurs démocratiques sont en-dessous des lois religieuses, chez les ultra-orthodoxes. Lisez Bauer, Mandel, Nisenbaum. Ce n'est pas de l'anti-sémitisme, ce sont des auteurs juifs! (français et israélien) Et ils ne font qu'expliquer ce qu'est le Hassidisme et les Haredim.

De ce point de départ, la confrontation est inéluctable.
Attendez-vous à n'importe quelle tactique. Et préparez votre stratégie en conséquence.
Ça sent le Tribunal. Encore. Et c'est vraiment dommage. Pour tous.