lundi 16 novembre 2009

QUAND LES THÉOCRATES SORTENT LES MENACES

Avant-hier, à la suite de la publication de ma chronique intitulée Le chemin de croix de Gérald, j'ai reçu un commentaire qui a tous les airs d'une menace personnelle. Je l'ai publié tel quel sur mon blogue. (cliquer sur l'illustration ci-contre) Étant donné sa menace à peine voilée , je tenais à répondre à ce courageux anonyme.
------------------------------------------

Chère Yaël Anonymovitch
Ne nous dites pas que vous voyez vous aussi de l'antisémitisme jusque dans votre soupe aux kneidelechs.

Le célèbre Julius Grey me racontait récemment qu'il lui est arrivé à diverses occasions de se faire accuser d'antisémitisme alors qu'il est... Juif. Même M. Salomon Cohen m'a avoué sur une terrasse de la rue Bernard avoir été qualifié d'antisémite et de renégat par plusieurs de ses coreligionnaires parce qu'il s'était porté candidat pour le Parti Québécois en 1994. Pourtant, M. Cohen est un Juif israélien qui a fait la guerre des Six jours dans son pays d'origine.

Peut-être avez-vous raté la manifestation de vos congénères intégristes qui s'est déroulée à Westmount, le 8 septembre dernier.
Qui a qualifié d'antisémites les Juifs qui dénonçaient les ultra-orthodoxes qui défilaient bruyamment sur la rue Greene? Pourtant, ces Juifs laïques houspillaient vertement les hassidim en les traitant de paresseux et en les accusant, ni plus ni moins, de parasitisme.

C'est à faire pleurer cette sale manie de crier à l'antisémitisme à tort et à travers pour tout et pour rien. À force de crier au loup, on ne vous croira plus. Vous vous discréditez vous même.

Vous me demandez ce que je peux bien avoir contre les gens pieux. Sachez que je peux éprouver beaucoup d'admiration pour des croyants sincères. Par exemple, j'adorais mes grands-parents qui étaient de fervents pratiquants. Ma tante "préférée" était religieuse dans un vrai couvent avant de partir en mission dans la jungle amazonienne.

En revanche, quand un individu se drape dans sa soi-disant piété alors que, par-derrière, il écrase ses semblables et bafoue les lois qui nous régissent tous, je ne marche plus. J'en éprouve même du dégoût. C'est dans de telles circonstances que le dicton "L'habit ne fait pas le moine" prend, pour moi, tout son sens.

J'exècre autant un évêque qui agresse sexuellement un enfant qu'un rabbin qui s'adonne au trafic d'organes humains. Je n'ai pas plus de respect pour une fripouille catholique que pour une canaille islamiste ou un faisan ultra-orthodoxe.

Je trouve que vous avez mis beaucoup de temps à vous indigner. Cela fait maintenant quelques années que nous dénonçons l'attitude de nos élus et de leur aplaventrisme, du clientélisme intolérable qu'ils entretiennent et qui n'a pas sa place au sein d'une société laïque et démocratique.

Vous n'êtes pas sans savoir que la très grande majorité des membres de la communauté juive du Québec est à tout le moins mal à l'aise avec l'intransigeance, le fanatisme et l'isolationnisme hassidique issu d'un autre âge. Plusieurs m'en font part lorsque les murs n'ont pas d'oreilles.

Dans la foulée de la Commission Bouchard-Taylor, même Victor Goldbloom a senti le besoin de faire une distinction entre les ultra-orthodoxes et le reste de la communauté juive. Le 7 décembre 2007, il a précisé sur les ondes de Radio-Canada que "les juifs hassidiques ne représentent que 12 % de la communauté juive et que l'immense majorité des québécois de confession juive est parfaitement intégrée à la société". C'est tout juste si le président de la section québécoise du Congrès juif du Canada ne s'excusait pas pour l'attitude fanatique des ultra-orthodoxes.
Maintenant, lorsque vous me rappelez qu'il existe des lois pour remettre les intolérants à leur place, laissez-moi vous rassurer tout de suite. Trois hauts dirigeants hassidiques (cliquer sur la photo) aux agissements parfois fourbes et asociaux se sont déjà chargés de m'intimider à souhait et de me menacer en me bombardant de poursuites abusives. Le temps dira qui est la mauvaise graine. Et je vous annonce que ça ne saurait tarder.

Dernière chose avant que j'oublie. Lorsque vous brandissez le spectre de vos "organisations zélées", vous me menacez à votre tour, ma parole! C'est vous qui tout à l'heure me faisiez des leçons de piété? Si c'est ce qu'il vous enseigne, il est beau votre d.ieu!
Comme vos organisations zélées ne peuvent être ni les tribunaux du Québec, ni la police, ni un cabinet d'avocats, insinuez-vous que vous pourriez lancer le B'Nai B'rith à mes trousses? Je crois que vous faites plutôt allusion à vos têtes brûlées de la LDJ. Leur donnerez-vous le contrat de me casser les jambes, de me faire la peau? Vous savez où je loge et je ne me sauverai même pas.

Shalom, chère Anonymovitch et au plaisir de vous rencontrer.

Pierre

P.S.: La prochaine fois que vous brûlerez de me faire parvenir un petit mot doux, laissez-moi vos coordonnées. Je sens que vous êtes belle, Yaël. Je vous enverrai des fleurs.


22 novembre 2009:
Pour comprendre la petite histoire de ces pâtisseries cachères, lire les commentaires 3 et 4 de cette chronique.


5 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis d'accord à 100% avec la totalité de votre texte, monsieur Lacerte, mais permettez-moi de répéter le paragraphe de votre message avec lequel je suis le plus d'accord:
'C'est à faire pleurer cette sale manie de crier à l'antisémitisme à tort et à travers pour tout et pour rien. À force de crier au loup, on ne vous croira plus. Vous vous discréditez vous même.'

Comme on dit en anglais: too much of a good thing. Ça devient barbant d'entendre ou de lire, ad nauseam, ce mot qui à la longue
devient d'une banalité ennuyante.
Ces gens vont devoir se trouver un autre bouclier car je suis convaincu que pour la plupart des ''goyims''les mots 'antisémite' ou 'antisémitisme' entrent dans une oreille et ressortent de l'autre.

Qu'ils adorent un Dieu n'est pas de nos affaires mais qu'au moins ils essaient de s'intégrer à la société qui leur a ouvert la porte.

Anonyme a dit…

Vrai qu'on s'en fout que ces gens affichent leur amour pour "leur" dieu.

Mais quand ils affichent leurs autobus interurbains sur ma rue, leurs autobus scolaires de 6h30 à 22h00, leur parking en double avec clignotant, klaxon , discussions à voix fortes après 22h00, leurs climatiseurs d'un autre âge, leur habitations déglinguées, leur surpopulation d'un autre âge, l'utilisation exclusive de l'anglais envers leurs voisins francophones, l'illégalité de certains de leurs lieux de culte en zone résidentielle, leur mâlitude exclusive dans leur représentation politique, leur absence de respect pour l'environnement naturel (qui en passant est la représentation divine de ma religion) etc..., là je décroche!!

Anonyme a dit…

Je m'excuse pour mon français. Je suis d'accord qu'ils frein de certaines lois, mais ce blog doit être aussi pessimiste que vous regardez toujours vers le bas sur vos voisins hassidim. de temps en temps je pense que tu devrais mettre une histoire sur quelques unes des bonnes ce qui se passe au sein de la communauté hassidique. elles sont connues à travers le monde car il n'y gerenrosity et de gentillesse, et je crois qu'il serait juste si une fois vous envoyer quelque chose de gentil à dire sur leur collectivité

Pierre Lacerte a dit…

Monsieur ou madame,

Le fait que vous vous soyez donné la peine de me soumettre un commentaire en français est déjà la preuve d'une certaine ouverture de votre part. Je l'apprécie et vous en félicite.

Vous avez raison. Ce blogue dénonce davantage les problèmes qu'il ne fait la partie belle à nos élus et à certaines personnes de la secte hassidique. Mais il a justement été créé pour dénoncer des problèmes qui perdurent depuis de trop nombreuses années et que personne ne semble vouloir régler.

Entre nous, les organismes destinés à faire la promotion des politiciens et à défendre cette communauté sont légion. Mieux. Ils ne se gênent pas pour les dépeindre sous un jour très favorable. Même que leurs promoteurs ont souvent tendance à rejeter le blâme sur les Québécois "de souche".

Vous aimeriez que je vous parle d'une expérience agréable avec quelqu'un de la communauté hassidique? Je vais vous faire plaisir en vous racontant ce qui m'est arrivé pas plus tard que le 24 octobre dernier.

Ce samedi matin-là, j'accompagnais dans son porte à porte Jean De Julio Paquin, le candidat du Parti d'Outremont du district Claude-Ryan. Nous nous trouvions sur la rue Durocher près de la rue Fairmount lorsqu'une dame assez jeune m'a interpelé dans les escaliers.

De confession juive ultraorthodoxe, elle avait besoin qu'un non-juif puisse allumer un appareil de chauffage portatif. Elle m'a fait entrer dans son appartement, m'a conduit jusqu'à la chambre de son bébé et j'ai branché l'appareil. Puisque j'étais déjà sur place, elle en a profité pour me demander d'allumer un autre appareil.

Je m'apprêtais à quitter son appartement lorsqu'elle m'a demandé de patienter un instant. Elle s'est rendue dans la cuisine et est revenue avec un emballage de pâtisseries cachères au beurre d'arachide. Très reconnaissante, elle m'a chaudement remercié. Je suis sorti sur un "shalom". Jean De Julio Paquin et moi avons continué notre porte à porte en grignotant ses pâtisseries.

Si jamais vous rencontrez cette dame qui habite au 5191 Durocher, redites-lui merci. Mais ne lui révélez pas que je suis le vilain blogueur. Elle pourrait ne pas s'en remettre en apprenant qu'elle a peut-être risqué sa vie et celle de son enfant en me laissant entrer chez elle.

Anonyme a dit…

Bon, allez, c'est une histoire ''cute'', d'accord. J'aurais moi-même probablement accepté l'intervention requise par la jeune dame ultraorthodoxe. Refuser aurait été impoli mais ne faudrait-il pas quand-même admettre que ça touche plus au domaine de la superstition plutôt qu'à une religion?? Good grief! Nous vivons au XXIe siècle!!
Je ne m'aventurerai pas plus loin sur le sujet car, à mon avis, ça frise le ridicule :-)