jeudi 5 novembre 2015

LE MILICIEN DE LA PUDEUR



Chaque fois que je reviens d'un séjour prolongé en dehors du pays, c'est le même rituel. Je rattrape le temps «perdu». J'épluche les journaux qui se sont accumulés à l'entrée, puis je balaie Internet avant de relancer mes proches, sans oublier ma coiffeuse qui connaît tous les potins.

Évidemment, je n'ai pas eu à attendre de débarquer à l'aéroport Dorval-PET pour apprendre qu'Harper et sa gang de béni-oui-oui évangéliques avaient perdu la main de Dieu dans la foulée de la campagne. Dehors, les créationnisses. Yes sir!

En revanche, pour la petite politique, les coups fourrés, les malversations des uns et les méfaits des autres, je me garde ça comme dessert en rentrant au bercail.

Je viens justement d'apprendre qu'Alex Norris, le conseiller de Ville de Projet Montréal pour Le Plateau, a profité de mon absence pour commettre un méfait. C'est TVA Nouvelles qui a attaché le grelot (
visionner le reportage). 

Je n'en reviens pas que Norris se soit fait pincer en train d'arracher une affiche qu'un réparateur de pianos avait collée sur la vitrine de son établissement pour protester contre des décisions de son administration. En dénonçant le durcissement de la réglementation sur le stationnement adoptée par Projet Montréal, l'artisan n'avait pourtant exercé que bien pacifiquement son droit à la liberté d'expression.


Le conseiller de Ville de Projet Montréal pris en flagrand délit de méfait sur la vitrine d'un commerçant mécontent de ses politiques

Qu'un élu, mandaté pour représenter ses commettants, commette un acte de vandalisme chez l'un d'eux comme un ado en crise d'identité, c'est assez lamentable. Hélas pour lui, la scène a été filmée. Notre pauvre conseiller de Ville s'est fait pogner les culottes baissées. Il pensait sûrement qu'en commettant son délit sous le couvert de la nuit, il pourrait jouer à l'homme invisible.


D'élu respectable, Alex Norris serait-il en train de verser dans la délinquance de petit truand?

Pour sauver la face (la sienne et celle de son parti), le délinquant de bonne famille a bien été forcé de se forger une excuse. Selon ses dires, il aurait posé son geste parce que l'affiche contenait des «propos injurieux». En marchant d'un bon pas dans la nuit, il aurait lu des choses pas catholiques et arraché l'affiche. Tout cela en à peine deux secondes? Ma parole! C'est qu'il a des yeux de chat siamois, celui-là!

Sommes-nous en train de voir un militant politique se transformer en milicien de la pudeur? À force de côtoyer les leaders hassidiques, on dirait bien que ces derniers commencent à déteindre sur lui.

La dernière fois que nous avons vu des «gens bien» arracher des affiches dans l'espace public, c'était lors du premier référendum sur l'agrandissement de la synagogue du 5363 Hutchison. Lire ma chronique
Les veaux d'or.

Ce lundi-là de septembre 2008, nous avons surpris Moshe Englander (le maître d’œuvre du projet d'agrandissement) et Moshe Fisher, son sbire à casquette et grosses lunettes, en train de jouer de l'exacto. Ils détruisaient systématiquement les affiches que les citoyens avaient posées sur l'avenue du Parc pour inviter les résidents qui s'opposaient à cet agrandissement à exercer leur droit de vote. Eux, au moins, n'ont pas attendu une nuit sans lune pour commettre leur méfait. Ils se sont exécutés en plein milieu d'un après-midi ensoleillé.

En haut, Moshe Fisher, en bas, Moshe Englander, pendant et après la destruction et le vandalisme aux affiches invitant les citoyens à voter contre l'agrandissement de la synagogue de la rue Hutchison.

En fin de compte, Alex, si tu a vraiment envie de faire un bon gros ménage de vitrines, nous t'invitons chaleureusement à aller assouvir ton trop-plein de frustrations sur les façades infectes de nombreuses synagogues hassidiques du Plateau. 



Un exemple? Cela fait près de dix ans que les vitrines de cette synagogue au coin des avenues du Parc et Van Horne constituent rien de moins qu'un manque de respect flagrant et inadmissible à l'encontre de l'ensemble des citoyens et résidents.
 
Cela fait des années que les citoyens se plaignent de l'aspect de ces taudis de prières et que tu ne fous rien pour  rappeler à leurs administrateurs qu'en société, un minimum de civisme et de respect d'autrui est nécessaire.

Aucun commentaire: