samedi 14 novembre 2015

DE MANIPULATION ET DE MISE EN SCÈNE



Le 9 septembre dernier, la journaliste Émilie Dubreuil nous livrait un reportage désespérant, mais peu surprenant. Près d’un an après la ratification d’une entente entre le gouvernement Couillard et l’Académie Yeshiva Toras Moshe, la situation des enfants de cette école illégale du Plateau Mont-Royal était bien loin d’être régularisée. En fait, à peu près rien n’avait encore été mis en branle.

 
Aujourd’hui, à peine 64 jours plus tard, les autorités hassidiques voudraient nous faire croire que la traversée du désert est terminée et que le groupe a finalement décidé de joindre le concert des nations. Dans un nouveau reportage  de Radio-Canada, Jacob Maman, le directeur de la yeshiva se dit fier de cette entente «qui va permettre la scolarisation de ces [230] enfants… comme tous les enfants du Québec». Comme tous les enfants du Québec? Vous voulez rire!


 
Le journaliste Jean-Philippe Robillard souligne que les jeunes garçons de la secte fondamentaliste continueront à fréquenter quotidiennement l'Académie Yeshiva Toras Moshe «pour y recevoir un enseignement religieux durant le jour, comme c'était le cas auparavant». Tous comptes faits, c'est ni plus, ni moins Business as usual!


À raison de 30 heures par semaine, ces pauvres gamins vont continuer de se branler la tête et les rouflaquettes pour psalmodier jusqu’à l’épuisement des litanies talmudiques. Et c’est vraiment frais et dispos qu’ils rentreront à la maison en fin d’après-midi pour se farcir dix autres heures de français et de mathématiques. Et ce seront leurs parents, guère mieux lotis qu’eux, qui devront leur inculquer ces notions profanes, voire païennes, qu’on ne leur a pas transmises dans leur propre jeunesse. Les vendredis soir et le jour du sabbat en famille s’annoncent franchement gais! 



30 heures par semaine, les enfants psalmodient jusqu’à l’épuisement des litanies talmudiques. Vivement l'école!

J’oubliais les tuteurs. Mais, au fait, qui sont-ils? Dans le topo, on ne nous dit rien sur leurs compétences. Des reportages antérieurs nous avaient déjà révélé que les instituteurs étaient fréquemment des sans diplôme. Face à de simples tuteurs, on est en droit de s’interroger sur les méthodes pédagogiques qu’ils appliquent. Piaget? Montessori? Steiner-Waldorf? Ou... Abraham?

Comment ne pas esquisser une grimace lorsque Monsieur Maman nous jure que dans son institution «il n'y a pas de supercherie. Il n'y a rien d'anormal qui se passe ici». Le reporter avait-il seulement remis en doute son honnêteté? Pourquoi Diable se sentait-il le besoin de crier son innocence? 


Peut-être le brave homme avait-il de bonnes raisons de se ronger les moelles? Après tout, le journaliste n’a jamais réussi à lui faire cracher combien d’heures (minutes?) par semaine les jeunes peuvent passer au soutien scolaire, pas plus, d’ailleurs que le nombre d'heures d'enseignement religieux dispensées dans sa yeshiva. Et pourquoi donc la direction de l'Académie délinquante a-t-elle refusé l’entrée aux représentants du ministère de l'Éducation dans le cadre d’une visite surprise? Comment, au contraire, expliquer qu’elle invite aujourd’hui les caméras de télévision à venir renifler leur bunker?


La cour de la Yeshiva Toras Moshe, au coin de Casgrain et Bernard

Ça saute aux yeux. La direction de l'Académie sectaire a dû estimer qu’une campagne de relations publiques en bonne et due forme s’imposait. D’autant plus qu’elle était à moins de 12 jours d’une rencontre prévue avec les représentants du ministère de l'Éducation... qu’elle avait interdit d'accès, à peine deux semaines plus tôt.

Grâce à ce reportage, les autorités sectaires souhaitent probablement démontrer au ministère et au monde combien elles sont fières, heureuses et désireuses d’intégrer la grande famille québécoise et d’enfin respecter les lois de la société où elles habitent. On joue la grande ouverture, les bons sentiments, la bonne foi vertueuse et l’effort éminemment méritoire.

La mise en scène est impeccable. Devant le grand tableau blanc sur lequel des formes cabalistiques ont été savamment griffonnées, trois hommes s’émeuvent, comme transis d’une réceptivité retrouvée. Mais, ma parole, l’illuminé à droite, c’est Max. Mon bon ami Max Lieberman. Quel numéro, celui-là. Même édenté, il réussirait à rafler le casting pour une pub de Pepsodent.

Monsieur Maman et le professeur anonyme, en compagnie du lobbyiste et metteur en scène, Max Lieberman.

Quand il apparaît dans le décor, on peut être certain qu’il se trame une campagne de charme (ou de peur) orchestrée par les élites doctrinaires.
D'ailleurs, on peut se demander pourquoi le journaliste a choisi ce lobbyiste notoire pour témoigner en famille des soi-disant progrès réalisés
par la secte en matière d’éducation. Lui a-t-on imposé Lieberman? Ou s'est-il imposé lui-même afin de s'assurer de bien «stager» le clip et de contrôler le message? Well done, Max!
 
Il est vrai que Lieberman est peut-être la doublure la plus en vogue de toute sa congrégation montréalaise et new-yorkaise. Le gars peut jouer tous les rôles.


Lieberman, un pro de la mise en scène

Faut-il faire semblant de donner des signes d'ouverture sur le monde et mousser l’image de la secte hassidique? Avec ses belles pommettes roses et son air de chérubin, Max peut se rend seul au milieu d’une foule de 100 000 goys célébrant la Saint-Jean Baptiste et trouver le moyen de faire la double page du Devoir.

En 2012, les huiles de sa secte veulent obtenir la liste électorale qu’utilise le PQ à Outremont? Pas de problème. Max fait des guiliguilis au vice-président, affaires politiques et programme du Parti Québécois d’Outremont et obtient la liste sans aucune difficulté, bien que la loi électorale l’interdise formellement.
 
Les gourous n’aiment pas la ligne éditoriale de L’Express d’Outremont qui, à leurs yeux, ne rapporte que les faits qui sont défavorables à leur communauté? Max le ventriloque rencontre Thomas Mulcair et réussit sans mal à lui faire dire que le journal «avait démontré qu'il entretenait un préjugé évident [à l’encontre des hassidim]».
 
Max Lieberman est aussi une formidable distributrice d’accusations gratuites à l'encontre de journalistes, d'élus municipaux et de citoyens. À titre d’exemple, Lieberman a déjà menacé de poursuites l'animateur Jean-Luc Mongrain en le qualifiant d’antisémite (cliquer ICI pour voir l'extrait vidéo). 


Même Luc Ferrandez, le maire du Plateau, m’a avoué s’être engueulé comme du poisson pourri avec Lieberman. Dans le cadre d’une réunion avec les gros bonnets hassidiques sur le sujet des synagogues illégales de l’avenue du Parc, Max avait pété une coche. Ne supportant pas l’idée que leurs centres communautaires pourraient dorénavant être forcés de faire l’objet d’une demande de permis de dérogation, il avait qualifié les Québécois et le projet de Ferrandez de racistes.Luc raconte l'avoir remis à sa place. J'aurais bien voulu voir ça.

17 décembre 2014: Luc Ferrandez a peut-être du mal à blairer Max Lieberman, mais cela ne l'empêche pas d'aller chez lui quand il le faut.

Il faut tout de même dire qu’en matière d’accusations infondées, Menachem, alias Max Lieberman n’en est pas à ses premiers faits d’armes.

À New York, en 1990, témoin important du meurtre d’un rabbin de sa propre secte, Max, alors âgé de 13 ans, avait contribué à faire condamner un peintre en bâtiment à une peine de 37 ans et demi. Au procès, il avait affirmé avoir reconnu l’accusé David Ranta assis dans une voiture à proximité du lieu du meurtre.


David Ranta a certainement eu envie d'aller remercier Max Lieberman qui a contribué à son séjour de 23 ans dans un pénitencier à sécurité maximale.

Or, en 2013, soit 23 ans plus tard, le New York Times révélait que M. Ranta n’était pas le meurtrier du rabbin. Un violeur a avoué avoir faussement impliqué M. Ranta dans l'espoir de négocier une réduction de sa peine et une femme a fini par signer un affidavit dans lequel elle reconnaît avoir aussi menti au sujet de la participation de M. Ranta au meurtre. Quant à Max Lieberman, pas très heureux de se faire traiter de menteur, il est, lui aussi, revenu sur son témoignage en affirmant, toujours sous serment, que c’était le détective de l’époque qui lui avait demandé de pointer le gars qui avait un gros nez lors de la séance d’identification.

Dites-moi. Pour être manipulateur, faut-il avoir déjà été manipulé? Hum! Bonne question.

2 commentaires:

Jean-Marc Corbeil a dit…

La question est de savoir si les écoles qui n'enseignent pas le programme normal seront toujours subventionnées.

Anne Little a dit…

Nos deniers vont-ils donc continuer à financer ces écoles qui n'en sont pas?
HONTE à tous ces gens-là qui ne sont pas capables de redresser leur colonne vertébrale.

Et bravo, Pierre, de rappeler les "faits" à tous.