mardi 29 mai 2012

LA PROCHAINE FOIS... PEUT-ÊTRE!

Jeudi après-midi dernier, il faisait un temps magnifique sur le Mile-End. Avec un copain, j’avais décidé d’en profiter et me gâter un peu à la terrasse du Voro, le café-resto méditerranéen au coin de Fairmount et Jeanne-Mance. 

À 16 h 54, alors que nous nous attaquions une entrée de calmar grillé farci de riz phénicien et de chorizo, une immense baleine blanche s’est échouée juste devant nous.

Fallait voir la bête. 56 sièges inclinables, caméra à l'avant pour permettre aux passagers de mieux voir la rue résidentielle (!!) sur les écrans, air conditionné, toilette, compartiments à bagages, microphone sans fil, 56 prises A/C, sans oublier, bien sûr, vidéo, CD / DVD.

C’était un Prévost H3-45 de luxe, immatriculé à New York. Seul à bord, le chauffeur remontait le bitume, plein nord. Le déplacement était suspect (et illégal!), mais pour rien au monde, je n’aurais laissé la proie (dans mon assiette) pour l’ombre (le nuage d’un pot d’échappement).


À gauche: l'autobus interdit sur Jeanne-Mance, à 16h54; à droite: le même autobus sur Fairmount, en provenance de Hutchison, à 17h26.
Pour mal faire, à 17 h 26, alors que je rentrais doucement à la maison la peau du ventre bien tendue, qu’est-ce qui se montre le museau au coin de la rue Hutchison pour venir à ma rencontre sur Fairmount? Ben oui! Ma baleine blanche H3-45, immatriculée 19810 PC. Cette fois, le cétacé métallique avait la panse remplie de Jonas à rouflaquettes.

Grappe de jeunes hassidim devant la synagogue-terminal d'autobus du 5555 Hutchison
Plus de doute, il se passait quelque chose dans le coin. Un de mes voisins qui se stationnait devant chez lui avait déjà composé le 911. Il venait de voir une trâlée d’adolescents et de jeunes hommes hassidiques lestés de valises sur le trottoir faisant face à la synagogue du 5555 Hutchison.

Placés dans la rue sur le côté de la grosse synagogue Yetev Lev située au coin de Saint-Viateur et Hutchison, des 4’’x 4’’ de six pieds de long empêchaient le stationnement à au moins quatre voitures. L’espace public avait tout bonnement été réquisitionné par les religieux pour servir de terminal clandestin aux autobus interdits qui se présentaient l’un après l’autre.
À gauche: les 4" x 4" pour "réserver" l'espace de stationnement; à droite: un jeune hassidim range les 4" x 4" maintenant que l'autobus illégal est arrivé.


Bien qu’ils aient mis pas loin de 45 minutes pour se pointer, les constables Le Beau et Boyer du poste 37 ont tout de même attrapé un de ces autobus en flagrant délit de cargaison.

Stationnés derrière l’autobus, les gyrophares allumés, les deux policiers sont allés à la rencontre du chauffeur de la compagnie Excellent Bus Service. En moins d’une minute, tout était entendu. Ses ouailles à bord, le bus a embrayé et s’est même payé le luxe d’emprunter vers le sud la rue Hutchison pourtant interdite à ce type de véhicule à dix roues.

Les policiers ont actionné leurs gyrophares, mais ont laissé l'autobus partir comme si de rien n'était.
Les policiers ont-ils verbalisé le chauffeur délinquant? Êtes-vous malades? Bien qu’il nous ait avoué être très au fait de la problématique des autobus illégaux sur nos rues résidentielles, le constable Le Beau a choisi de le laisser filer sans émettre de constat d’infraction au contrevenant multirécidiviste. Mieux! Le chauffeur n’a même pas eu d’amende pour avoir omis d’acquitter les droits de stationnement tarifé pour les espaces PL 154 et suivants qu’il a illégalement occupés.

Dire que sur son site Web, Stationnement Montréal indique que le rôle de la tarification du stationnement sur rue est de « faciliter la fréquentation des quartiers institutionnels, commerciaux et d’affaires par les automobilistes en favorisant le partage des places de stationnement ».


Pour nous remettre la face, le constable Le Beau nous a dit : « La prochaine fois que ça arrive, si vous portez plainte et que je suis en service, je leur donnerai une contravention. » Big deal! 

Le chauffeur doit encore se taper les cuisses sur l’Interstate 87. Quant aux responsables de la synagogue du 5555 Hutchison, ils sont, comme à l’habitude, morts de rire et pliés en quatre. Comment pourrait-il en être autrement? Leur stratagème fonctionne depuis des années. C’est un pied de nez aux citoyens avec la bénédiction des autorités municipales. Si c’est pas du Deux poids (lourds!), deux mesures, je me demande bien ce que c’est.

2 commentaires:

Jean-Marc Corbeil a dit…

On peut compter sur les agents du SPVM pour battre des étudiants, pour m'arrêter formellement pour avoir ... enregistrer des échanges publics lors d'une séance du conseil de l'arrondissement Outremont. Mais lorsqu'un groupe sectaire se fout carrément des règlements relatifs à la circulation et au stationnement on se déplace à nos frais pour ne rien faire.

Ce qui me désole le plus, c'est que nous engraissons par nos taxes le paiement de la pension des policiers qui constitue plus de 50% des pensions payables par la ville de Montréal!

Jacques Tremblay a dit…

"la pension des policiers qui constitue plus de 50% des pensions payables par la ville de Montréal!"

Holy fuck!