mardi 14 février 2012

LE MARATHON COMMUNAUTARISTE

La course à la présidentielle française bat son plein. Le 8 février dernier, les Sarkozy et Hollande se faisaient un devoir d'assister à la prestigieuse réception du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).
Dominique de Villepin, lui, s'est contenté de faire acte de présence au cocktail avant de filer à l'anglaise, tandis que François Bayrou a brillé par son absence.

Pendant ce temps-là,
Jean-Luc Mélanchon, le candidat Front de gauche, critiquait les aspirants à la présidence qui acceptaient de se prêter à ce petit concours de popularité communautariste. Voici ce qu'il déplorait: «Je suis, d'une manière générale, peu favorable à ce que la république participe à des assemblées communautaires. Ce n'est pas un bon signe qui est donné. Après, on n'en finit plus. On va aller au CRIF, puis au CRAN*, puis on finit par se traîner de synagogues en mosquées, d'églises en temples... C'est malsain.» (Cliquer ICI pour l'entendre)

Mon propos n'a rien à voir avec le CRIF, le CRAN ou l'un ou l'autre des candidats. Je relève simplement la déclaration de Mélanchon parce que je déplore que nos politiciens semblent, eux aussi, se sentir obligés de faire la tournée des synagogues, églises et temples de tout acabit pour leurs fins électoralistes.

Les candidats ne se limitent pas aux lieux de culte
«mainstream». Ils s'aventurent jusqu'au royaume des sectes qui ont pignon sur rue dans des cagibis de quartiers industriels, quand ce n'est pas dans les prémisses de commerces désaffectés ou dans un sous-sol de résidence délabrée. Pensons à Thomas Mulcair qui, après avoir été publiquement réprimandé par le puissant Michael Rosenberg, est allé faire amende honorable pendant une heure dans la synagogue-taudis de la secte Bobov du 5363 Hutchison. Les Gérard Tremblay, Jean Charest et Stephen Harper ne sont pas en reste en flirtant avec les intégristes évangéliques, hassidiques ou sikhs. Encore s'ils faisaient du pied aux élites modérées des différentes communautés. Pensez-vous? Les fanatiques, c'est bien plus payant pour les politiciens. Il suffit de promettre des petits passe-droits pour s'assurer qu'ils vous soutiendront en bloc. Mais est-ce une stratégie intelligente pour le pays que de tabler sur les purs et durs des diasporas établies chez nous? David Carment, rédacteur en chef du Canadian Foreign Policy Journal est loin d'en être convaincu, ne serait-ce, entre autres, parce que cela encourage les diasporas à importer chez nous leurs disputes internes.

Au Québec, il ne manquait plus que les islamistes. C'est aujourd'hui chose faite.

Le 11 février dernier, à quelques jours de la Saint-Valentin, nous apprenions dans La Presse que l'élite québécoise se laisse volontiers chanter la pomme par le mouvement Gülen

Kathleen Weil, la ministre de l'Immigration du Québec, au «Souper annuel du dialogue et de l'amitié», le 26 janvier 2012
Photo: Marco Campanozzi, La Presse


Selon la journaliste du quotidien montréalais, ce fameux mouvement, intimement lié à l'avènement du gouvernement pro-islamique en Turquie,
parle des deux côtés de la bouche. Alors que le mouvement prône publiquement la tolérance et l'égalité entre les sexes, à l'intérieur de ses rangs, il étoufferait les libertés civiles et prêcherait la ségrégation des sexes de ses membres.

Innocente comme un agneau pascal, la ministre Weil s'est fait un plaisir et un bonheur de prononcer le discours d'ouverture du
«s
ouper du dialogue et de l'amitié » organisé par l'Institut du dialogue interculturel de Montréal derrière lequel se cache... le mouvement Gülen.

Je vous jure, on a encore du chemin à faire avant de pouvoir chasser les vendeurs du Temple!


* Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN)

3 commentaires:

Bernard Cooper a dit…

L'autre face de cette médaille communautariste c'est cette pratique d'aller chercher un vote «ethnique» en présentant un candidat ou candidate du groupe ethnique ciblé. Voterais-je pour un "anglo" parce qu'on me dit anglo?
On encourage le monde a jouer au racisme au nom d'une illusion que l'identité ethnique serait plus importante que les idées et valeurs défendues par le candidat et l'électeur. Voilà une autre manipulation et tentation politicienne qui écarte le débat d'idées. Une société qui se dit libre et juste ne peut se permettre cela.

S. Rivard a dit…

Mélenchon est membre du GOF; le Grand Orient de France. Les francs-maçons.
Peut bien parler contre les autres sectes...

Aux USA, les présidents se plient à l'AIPAC, le lobby juif le plus puissant aux USA et doivent faire leur petite visite en Israël.
Sans oublier que les grands humanistes de la Goldman Sachs (oui, oui! Ces mêmes qui placent leurs pions à crocs en Europe pour lessiver par les plans d'austérité) ont versés plus de $900 000 US dans la caisse d'Obama.

Si Layton était d'une église ouverte qui reconnaît le mariage gai et le droit des femmes (entre autres à la prêtrise!), Harper est d'une église plus... conservatrice.

Et peut-être bientôt un mormon à la tête des USA...

Jean-Marc Corbeil a dit…

Ce qui choque l'intelligence, c'est que ces politiciens ne fréquentent jamais des organismes scientifiques, des groupes de défense des droits humains ou de l'environnement, ils ne fréquentent que le dogme, que la subjectivité. Qui se ressemblent, s'assemblent!