jeudi 12 avril 2012

LES MAUVAISES CRÉANCES


Ce n’est pas d’aujourd’hui que les dirigeants de la secte hassidique Tash donnent de sérieux maux de tête aux élus et à plus de 20 000 citoyens de Boisbriand. Depuis 2005, une partie des 5 000 intégristes étanche sa soif sans se préoccuper de payer la taxe d’eau de 1,5 million de dollars qu’elle doit à la municipalité des Laurentides. (Lisez ma chronique du 29 juin 2011).

Pour recouvrer son dû, la ville a déjà englouti plus de 250 000 $ en frais juridiques. La mairesse de Boisbriand commence à en avoir ras le pompon. Le 6 avril dernier, exaspérée, Marlene Cordato a fait une sortie publique:

«Ça coûte une fortune aux Boisbriannais pour faire respecter leurs droits. Il n’y a pas deux classes de citoyens, ni deux règlements. Tout le monde doit payer ce qu’il consomme. Je pense que c’est dans notre obligation de faire valoir les droits de l’ensemble des citoyens et que le règlement s’applique à l’ensemble des citoyens»

Voilà un discours que Marie Cinq-Mars devrait commencer à répéter tous les soirs avant de glisser sous la couette, non?

Sous la plume de la journaliste Émilie Dubreuil, nous apprenions mercredi qu’à la longue liste d’infractions civiques commises par le clan du grand rabbin Meshulim Feish Lowy s’ajoute un défaut de paiement de taxes scolaires de près de 100 000 $. Décidément, les ultrareligieux des Pays d'en Haut semblent en faire une spécialité.

Ci-contre, Michael Rosenberg cherchant la protection divine du grand rabbin de Boisbriand.









Cliquer
ICI pour voir le grand rabbin de Boisbriand en action









Hélas! Il n’y a pas que la secte Tash qui ait un mauvais dossier de crédit. Même à Outremont la Cossue, certains groupes hassidiques ne sont pas particulièrement réputés pour être de bons payeurs, tout comme ils ne se distinguent pas par leur grand respect des règlements.

Après une longue période passée dans l’illégalité, les membres de la secte Amour pour Israël avaient décidé de déménager leurs pénates au coin des rues Van Horne et Durocher.

Vous souvenez-vous de la rocambolesque saga entourant la construction de leur synagogue?

Entre les interruptions prolongées du chantier, la révocation de permis pour non-respect des normes de construction et le bras de fer juridique qui, rappelons-le, a tout de même coûté 100 000 $ aux citoyens d’Outremont, on aurait pu espérer que la secte Amour pour Israël se fasse oublier pour un bon bout de temps. Hélas, c’était faire preuve de beaucoup de naïveté.

Au fait, saviez-vous que l’imposant immeuble du 1038 - 1048 Van Horne
(voir photo ci-haut) appartient aujourd’hui à un Italien? Si, si! Vous avez bien lu. À un Italiano.

Vous vous demandez sûrement comment il est possible que Franco Diaco soit aujourd'hui propriétaire de cette synagogue intégriste. C’est simple. Il a suffi que les administrateurs d’Amour pour Israël refuse d’acquitter une dette de 11 878,42 $ qu’ils devaient à la firme Celebration Location Bench & Table Rents.

(Cliquer ICI pour constater que chaque année depuis 2004, la secte recevait un avis de vente aux enchères pour défaut de paiement d'impôt foncier)


Déterminé à ne pas se faire entuber, le propriétaire de l’entreprise de location de tables a pris les grands moyens. Il a déposé une hypothèque légale sur l’immeuble. Et tiens, toi!

Un huissier, un avis de vente dans les journaux et un Shérif. Voilà tout ce qu'il a fallu (ou presque!) à ce brave Franco pour faire main basse sur l'immeuble. Lors de la vente aux enchères du bâtiment, qui s'est tenue le 10 mars 2009, le jeune Italien a remporté la mise en allongeant 805 000 $.

Les canailles de la synagogue se sont retrouvées Gros-Jean comme devant. Incrédules devant l’ampleur de leur gaffe, les sectaires ont pris panique. Tant et si bien que Franco Diaco a été convoqué au siège social du Groupe Rosdev par nul autre que son président, l’impayable Michael Rosenberg.

D’après ce que raconte Franco Diaco, le nabab n’était pas vraiment d’humeur à plaisanter. Du haut de sa carrure et fort de sa voix caverneuse, Michael Rosenberg aurait juré que jamais il ne laisserait cet immeuble échapper à ses coreligionnaires hassidiques. Un Italien averti en vaut deux!

Passant de la parole de Rosenberg aux actes, Amour pour Israël a saisi (une fois de plus!) la justice pour demander l’annulation du décret de vente en justice de l’immeuble. Malgré les multiples communications, tant verbales qu’écrites, et malgré les nombreuses significations de procédures judiciaires par huissier, la congrégation a plaidé n'avoir jamais eu connaissance des procédures judiciaires entreprises contre elle.

Après avoir entendu la preuve, le juge Sylvain Coutlee de la Cour du Québec a conclu que la version d'Amour pour Israël ne tenait pas debout. Dans son jugement rendu le 12 février 2012, l'honorable Juge a donc débouté la secte et reconfirmé les droits de propriété de M. Diaco sur la synagogue et les logements qui se trouvent aux étages supérieurs. C'est Michael Rosenberg qui doit fulminer.

Évidemment, même mort, un intégriste religieux ne peut se résigner à voir sa synagogue passer aux mains d'un goy impur. Aussi, c'est sans grand étonnement que nous avons appris qu'à la mi-mars, Amour pour Israël a choisi d'en appeler du jugement. Et c'est reparti pour une autre joute légale.

L'histoire en court (cour?) se corse. Mais Franco ne semble pas du genre à se donner au premier venu.
Nous, comme lui, avons bien hâte d'en voir le dénouement.

9 commentaires:

Maria Soriano a dit…

Bien joué! Remarque qu'il y a des Juifs italiens ou Italiens juifs; j'ai des amiEs de cette origine, en Italie et en France. Mais ils détestent les Haredi, surtout les Loubavitch qui arrivent avec leurs gros souliers pour enseigner à la communauté juive italienne (qui compte des groupes arrivés avant la destruction du Temple) comment vivre en bons Juifs. J'espère que les Loubavitch ne tentent pas d'y imposer leur horrible "vin" kasher (il y a des vins italiens fort honnêtes produits selon les exigences du Kaschrout)!

Franco Diaco a pu acheter un immeuble aussi imposant à OUTREMONT pour aussi peu que 800 000$? D'accord, ce n'est pas la rue la plus chic, mais elle change, surtout avec les nouveaux condos au nord de Van Horne, sans parler du campus de l'UdM qui arrive- et c'est tout près du métro.

Marc Ramsden a dit…

You do know that you are anti-semetic? That targeting a group and highlighting your issues in this manner is not balanced or fair.
Tell me would it be fair for me to blog about all the injustice in regards to say the French speaking community? To photo all their misdeeds or percieved misdeeds? Harrass you constantly? I've seen your pitcure, I live in Outremont and have no problem with the overwhelmingly kind although desidely reserved Hasidic community here. I will make a point of saying something to you if I see you on the street, it won't be friendly as I see no place in this world for Jew haters like you.... is all I can say about you and your blog. Perhaps you should be the one leaving the area or heck perhaps you can go back to France where you came from in the first place....

Maria Soriano a dit…

Marc, si je croyais que Pierre Lacerte était antisémite, jamais je n'aurais écrit des messages à son site. J'ai des rapports, mettons, plutôts proches avec des personnes d'origine juive (je n'aime pas élaborer sur ma vie, vous comprenez) et je déteste les antisémites et autres racistes au plus haut point.

Vous ne semblez pas comprendre les problèmes que peuvent poser des communautés intégristes, peu importe la confession. Dans mon quartier, il y a l'exécrable "Fraternité Pie X", une scission d'extrême-droite de l'Église catholique romaine, qui par ailleurs avait donné refuge à des criminels de guerre collabos avec les Nazis - de vrais antisémites, quoi. Les intégristes de TOUTE confession avilissent les femmes, et nient le droit d'exister aux personnes LGBT.

Les Hassidim sont gentils à votre égard notamment parce que vous êtes un HOMME. J'ai eu plusieurs expériences où ils faisaient preuve de mépris à mon égard parce que jes suis une femme (d'autant plus que je pense qu'ils me prenaient pour une Juive non-pieuse - souvent on me prend pour une Juive ou une Libanaise et j'en suis fière: j'aime beaucoup la richesse intellectuelle et culturelle des cultures sémites).

Ce que je n'aime pas du tout, c'est l'intégrisme religieux ou autre. Les Hassidim sont "réservés" ici parce qu'ils sont minoritaires - Savez-vous comment ils se comportent à l'égard des Juives (surtout) et Juifs non-hassidiques à Brooklyn ou en Israël? Ils crachent sur les femmes en "tenue légère" - un habillement normal en été à Tel-Aviv, où il fait chaud. Et leur lancent parfois de la marde.

Certes, ce n'est pas comparable aux fous de Dieu d'Al Qaida qui font des attentats terroristes ou les fundies chrétiens aux États-unis qui tuent les médecins qui font des avortements, mais ce n'est pas précisément sympa.

En passant, ce serait possible d'apprendre le français, non?

Sophie Jama a dit…

Je ne suis d'accord avec rien de ce que vous affirmez. Je vis au milieu des Hassidim qui sont des gens au moins aussi courtois, polis, joyeux et agréables que tous les autres habitants de Montréal. Vous devriez dépenser votre énergie à autre chose de plus créatif et de moins nuisible à autrui.
Il n'est évidemment pas question que je signe votre pétition.

Pierre Joncas a dit…

Marc Ramsden is hasty in offering judgements on the strength of ignorance. Unless he resides in the neighbourhood involved, he does not speak knowledgeably; whether he resides there or not, he chooses to ignore some important and well documented facts.

For example: Despite clear prohibitions, intercity buses and other heavy vehicles chartered by leaders of the Hassidic community drive through the eastern end of Outremont at all hours, often letting their motors run and generate toxic fumes and loud noises. Would Mr Ramsden not be furious if this were to happen at his door? After not enforcing relevant by-laws for a long while, local authorities now do so, but only ‘as resources allow’, to quote the mayor. Likewise in connection with illegal parking, zoning restrictions, etc. All of this has been thoroughly documented. A prominent leader of the Hassidic community acknowledges it’s so, but claims a deal was struck with elected officials. The ‘misdeeds’, therefore, are not merely ‘perceived’, they are real, and their repetition exasperates residents who value peace and quiet.

What Pierre Lacerte has done is to document non-enforcement: doing so is not anti-Semitic (nor Jew-hating) and charges to this effect are beyond offensive, they are slanderous.

Mr Ramsden writes: ‘Perhaps you should be the one leaving the area or heck perhaps you can go back to France where you came from in the first place…’ On March 30, one correspondent to Mr Lacerte’s blog urged the Hassidim all move to Jerusalem. Both Mr Lacerte and I took vigorous exception to this idea. I wrote that the need was for reasonable by-laws, drafted in accordance with the requirements of the common weal and applied to all – irrespective of their religious beliefs or the absence thereof.

All citizens are equal under the law: that is what the rule of law is all about: obviously, such a simple, elementary notion is beyond Mr Ramsden’s grasp.

Bernard Cooper a dit…

To Mr. Marc Ramsden,
I and M. Lacerte do not accept being labeled anti-semitic, a smear that is too often used to shut down all criticism or discussion. I also live nearby, in Mile End, have lived in Outremont, and am of Jewish and French background, and was raised in Westmount in the 70s and 80s as an "Anglo". Some Hassids have called me a "self-hating Jew", a label that I expected to hear sooner or later. While I consider myself secular, I have a historical sensibility about my Jewishness. I don't accept having a fanatical sect of Judaism try and redefine Judaism in their inward-looking image and say that anyone that doesn't think and live as they do is no longer a Jew.
To address some things you wrote: If people haven't blogged about misdeeds done by Francophones, it's likely because trying to do so would not yield much. Is it so annoying to have passengers applaud when an airplane filled with Québécois lands in, say, Florida? More seriously, can one fairly generalize about the behaviour of some Hassids? It is dicey to do so, but there are too many instances of what I'd term delinquent behaviours to ignore it. Other Jews should not ignore it, since it brings disrepute and encourages confused or ignorant persons to be swayed by real anti-semites. A true anti-semite would try to confound Hassids and all Jews, something that you will find nowhere in Mr. Lacerte's blog, for instance.
Hassids and others have said that Lacerte "lies"; if this were true, I don't doubt that a number of persons would have sued him for slander. In fact, he is trained as a journalist, as I am also, and journalists can not afford to lightly throw around unverified information. As I understand it, an important theme running in this blog, is how municipal authorities are indulgent towards the abusive leadership of the Hassids. The majority of the politicians in Outremont choose electoral considerations over public responsibility to apply the laws evenly. That's not unique to here, but it's Outremont citizens who are left to watch as their quality of life is steadily eroded. Is it asking too much to refuse having to live on the sidelines of emerging ghettos? Many of us choose to live in a community, not a ghetto; there will be no room for Greeks, Francophones, secular Jews, or for that matter hipsters, gays, artists, feminists, ecologists, etc... in the emerging Hassidic ghetto.

Bernard Cooper a dit…

To Mr. Marc Ramsden:
Continued…
Too often I hear Hassidic defenders tell me or other critics: "if you're not happy, just leave" (or the even more outrageous suggestion that we "go back to France"). This sidesteps an important issue, namely, who is trying to change what culture, and which group forms the majority culture. Can you imagine what would happen if 1000 Canadians went to Beijing, set up a "Canada-town" demanded to be spoken to in English and told the Chinese in Beijing, "if you're not happy, just leave"? People don't normally do this. On the contrary, they choose to live in a place because they like its language and culture. They are careful to respect customs and laws; they make efforts to integrate. In all fairness, recognize that this is not what Hassidim do, wherever they go. Even in Israel, they are considered a nuisance by secular Israelis, and a threat in their efforts to make Israel a theocracy.
Aside from the larger issues, I don't see why one would want to blame ordinary citizens that expect that zoning bylaws & traffic rules should apply to everyone, without exceptions. I really doubt that you would like it if a group of fringe evangelicals opened up a church in the house next to yours, so why should anyone be told to "shut up" when Hassids do the same? If these frictions do stoke anti-Jewish prejudice, that's not the fault of people like me or Lacerte for not turning a blind eye. If people want to be uncharitable and ignorant and hateful, they will do so independently of whether others approve or don't approve.
What is unfortunately happening, I believe, is that the Hassidic leadership needs to create a tension where they can say to their flock -you see, they hate and envy us; it's because we're better and so we need to stick together.- All that we ask is that they abide by the same laws. If buses are allowed only on certain streets, then don't drive them down residential streets where they are prohibited. Don't park where/when it's not allowed. Respect building permits. Put garbage out at the right time. Don't expect spot rezoning to cover a synagogue that's been tolerated for years because authorities are cowed. Ask yourself Mr. Ramsden why it is so difficult for these simple things to be respected?

Pierre Lacerte a dit…

Si vous voulez mon avis, M. Marc Ramsden n'existe pas. Il n'est clairement pas francophone. À son anglais plus qu'aproximatif, il n'est pas anglophone non plus. Serait-il yiddishophone que je ne serais nullement surpris.

Quoi qu'il en soit, il semble évident qu'il n'est pas en mesure de comprendre ce qui est publié sur ce blogue.

Peter Largie a dit…

M. Lacerte, encore une fois, mes félicitations pour votre contribution à une meilleure compréhension du comportement et des attitudes de ces minorités rebelles et indécrottables qui habitent notre société sans vouloir s’y intégrer de quelque façon que se soit. Hé oui, on cherche toujours à les comprendre, et à trouver des façons de leur faciliter la vie chez-nous. Étrangement on n’y arrive jamais, malgré les innombrables concessions, accommodements et autres privilèges consentis. Ce qui m’amène à me demander de quelle coté se situe l’intolérance, maintes fois invoquée par ces bougons sectaires, et parfois par leurs amis, même d’une seule rue.
Le tout immédiatement suivi par un «tag» antisémite, qui est l’argument ultime pour tenter de mettre fin à tout débat, intelligent ou pas.
Même Bouchard, le frère de l’autre nous là passé, celle-là.
Le culte de la peur d’avoir peur, hautement entretenu, mais jamais objectivement démontré et encore moins prouvé. Hors ou devant des tribunaux. «Cry Wolf», rien de moins, ou encore un «buzz-word» qui semble gratifier ceux qui le prononcent, hasbaristes ou non.
Et ce n’est pas le «Protocole d’Ottawa» qui y parviendra, malgré le fait que c’est un des objectifs recherché.
Pour faire partie d’une société, il faut y contribuer, il n’y a pas plus élémentaire que cela.
Je constate aussi que vous êtes infiltré, comme tous les autres blogs et forums de discussions, qui traitent ou effleurent ces sujets, par des individus qui déposent, comme ca, la coquille «antisémite», bien cachés derrière l’anonymat, en espérant intimider et freiner les contributions des autres lecteurs.
«Con permisso»
Je me demande que dirait Mme Sophie, si elle apprenait que ses bons voisins en plus de bénéficier de privilèges de toutes sortes, sont exempt de payer leurs taxes, et autres contributions à «sa» société?
Et puis il y a ces contributions, certes valables et appréciées, mais qui débutent par des excuses de devoir s’excuser pour bien établir qu’en aucun cas ils ne sont «antisémites» de quelques façon que se soit, implicite ou autre…gna-gna-gna..
Je crois fermement qu’il est temps de mettre fin aux «minorités dominantes» et des les inviter (encore une fois) à négocier avec compréhension et ouverture, leur intégration, dans un état laïque et ouvert.
Et au diable avec Bouchard qui nous demandait rien de moins que de NOUS intégrer aux minorités religieuses.